Partagez | 
 

 Moon is so bright at night — Lum ft. Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumecya Youn
Without power, but you need us
Without power, but you need us
avatar

Messages : 16
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Pour toi toujours ~

MessageSujet: Moon is so bright at night — Lum ft. Ruby   Ven 12 Aoû - 13:43




 
Lumecya with Ruby
 


 
Lum courait sur le sable. Encore une fois elle courait. C'était le soir, vers 20h30, presque la nuit. Le couché de soleil était dans sa fin, une vague orange traînait joliment dans le ciel. Elle la regardait des fois, sa douce musique dans les oreilles. Elle avait son sac avec elle, sur son dos, non seulement pour contenir sa bouteille mais aussi pour faire office de garde manger pour la soirée. Elle n'avait pas l'intention de rentrer avant un moment, ce pourquoi elle avait aussi deux serviette, de quoi manger donc, et une lampe chargée à bloc. Une lampe qui se chargeait juste, pouvant alors s'emmener à l'extérieur et ainsi n'importe où. Cela faisait deux heures qu'elle courait. Ce n'était pas non plus bien conséquent, mais elle commençait à se fatigué.
Elle ralentit le rythme jusqu'à être à l'arrêt, puis se posa sur le sable. Elle prit sa bouteille et la porta à ses lèvres, fermant les yeux et baissant la tête en arrière. Elle en but presque la totalité.

Bon, j'y vais maintenant.

Elle se releva pour ouvrir son sac, commençant à se déshabiller. Dessous son débardeur  et son short elle avait un maillot de bain. Elle aimait beaucoup la plage, nager, rester dans l'eau juste à regarder le ciel, les étoiles, la lune en cette soirée..
Elle rangea toute ses affaires dans son sac, le cachant soigneusement derrière deux rocher, derrière lequel il y avait un arbre, un peu l'endroit parfait.
Elle profitait du sable sous ses pieds, jouait avec, jusqu'à aller dans l'eau. Elle était une très bonne nageuse, plus rapide que beaucoup sans pourtant s'essayer à de la compétition. Elle plongea lorsqu'elle fût assez en profondeur, remontant de l'eau avec le sourire.

Elle se retourna rapidement vers la plage, vérifiant furtivement que personne n'était près de là où était caché le sac. Et puis elle vit ce qui lui semblait être une fille de loin. Cela faisait bien trois quart d'heure que personnes à part elle n'était sur la plage.

Qui est-ce?


 
World say hello Then I say fuck you
 


 © Halloween


 




Lum t'insultes en #AA00FF ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Blackwood
Two faces & one soul
Two faces & one soul
avatar

Messages : 15
Lien de ta fiche : Will you listen ?
Disponibilités : 5/7.

Fiche d'identité
• Pouvoir: Tourmente

MessageSujet: Re: Moon is so bright at night — Lum ft. Ruby   Sam 3 Sep - 10:35


The moon is so bright
Lumecya & Ruby   •   By the nightlight.
Comme le temps passe lentement. Toute la journée, il s'écoule à grande allure, lancé comme un train à toutes vapeurs, et fatigue le monde et ses habitants. Ils laissent espérer à certains qui ralentira pour leur petit bonheur, parfois une simple rencontre imprévue, mais reste impartial, inchangé, toujours aussi fugace. Nul ne sait le saisir. Parce que, comme du sable, il file d'entre les doigts, revenant sans cesse à sa liberté première. Encore une fois, coupée du monde, coupée de la réalité, elle contemple ce temps si joueur, si taquin, qu'il l'a torturée toute la journée. Et, posée, au silence, elle regarde le ciel. Le sable à ses pieds se refroidit alors que le soleil tombe, petit à petit, semblant avalé par un océan toujours aussi gourmand. Malgré la sublime vue, ses pensées s'enfuient. Elles papillonnent, comme tant d'éphémères, mais, bien sûr, disparaissent avant d'avoir atteint quoi que ce soit. Ses questions ne possèdent pas de réponses.

Sa très lourde tête de poupée penche légèrement, dans un discret craquement, alors qu'elle ferme les paupières. Que fait-elle simplement ici ? Cette rencontre, si improbable, avec Ethan lui avait paru être le fruit du jeu déplaisant du destin. Un destin fort indiscret selon elle. Il s'était arrangé, visiblement, pour que leurs chemins se séparent comme ils s'étaient croisés : sans la moindre explication. Toujours encore troublée de cette histoire qu'est la sienne, les pages tournent dans les méandres de son psyché. Que sont réellement toutes les créatures amassées ici ? Certaines sont-elles dangereuses ? Une chose dangereuse est-elle toujours mauvaise par extension ? Elle soupire, finalement, s'extirpant à ce flot d'interrogations. Il n'y a ni Dieu ni Homme. Tout ces jolis mots ne sont jamais que le rassemblement de personnes jetées là comme des lionceaux parmi les lions, les forces de la Nature. Tout le monde cherche une raison, un justificatif, mais personne ne le trouve jamais : la vie est la vie parce qu'elle n'a aucun sens profond, et qu'il faut se trouver sa propre raison d'exister.

Le vent se levant, l'une de ses si minuscules mains se glisse dans la brise, monte avec lenteur. Et ses doigts, fins, passent au milieu d'une petite masse de filaments blonds pour les replacer correctement. Cette frange est une sainte horreur. Peut-être la fera t-elle couper, finalement ? Pour elle-même, elle secoue doucement la tête. Comment Mère la reconnaîtrait-elle alors ? Ses yeux, alors, se lèvent, ses voiles opaques les délivrant de leur emprise, de leur couverture protectrice. La reverra t-elle un jour ? Sa Mère n'est qu'une humaine. Elle mourra, alors que la poupée vivra encore, traversera les âges. Et si son corps se brise, s'il meurt, elle n'aura plus qu'à en trouver un autre. Elle verra, de yeux n'étant pas les siens, le temps s'écouler encore et toujours. Ce fabuleux tableau se confond à la majesté de l'environnement, alors même que sa présence se cache, tapie dans les ombres sans lumière d'une nuit s'élançant. Et elle disparaît, aux yeux de l'univers, jusqu'à ce que la Lune, reine des cieux à son tour, comme l'a été le Soleil, projette sur les alentours une lumière pâle, blafarde.

Malgré toute la grâce dans laquelle elle semble s'être drapée, sa main revient se mouvoir dans un geste plus lourd, presque lassé. Et, au terme de ce mouvement, se plonge dans une petite boite posée à son côté. Elle en tire un gâteau, l'un de ses si délicieux cookie à la fraise, et le porte à sa bouche pour manger presque machinalement. Ce temps de penser est terminé. Elle se lève, en emmenant la boite qu'elle referme à l'aide de son couvercle métallique, et jette le regard sur la plage désertique. Au loin, un point sautille, arrondissant très légèrement ses grands cercles dorés. Quelqu'un l'aurait-il surprise à vagabonder dans les nuages ? Bien vite, son expression surprise s'efface, comme neige fondrait au soleil. Et son doux visage de poupée retrouve sa tranquillité, cet air si neutre, presque blasé. Il faut qu'elle aille dire bon soir, par politesse. En portant sa boite d'une main, et frappe de l'eau contre son ample robe rouge à froufrous pour en faire chuter le maximum de grains de sable. Puis, une fois assurée d'être présentable, elle démarre la marche. Une marche difficilement fluide, tant ses jambes sont tendues par la fatigue. Et, parfois, l'on entendrait certainement son corps craquer, à moins que ce ne soit l'oeuvre des grillons.

Finissant près de l'individu de sexe féminin qui se trouve également à cette plage dans une raison encore inconnue, elle l'observe, se moquant bien de lui imposer son regard froid et vide de vie. Cette jeune-fille, qu'elle dirait presque jeune-femme, est une adolescente. Elle pourrait certainement la croiser à l'école dans laquelle elle enseigne. Mais n'est-ce pas une élève, d'ailleurs ? Ses longs cheveux violets, à l'égale de ses yeux dans l'obscurité, la rendent jalouse. Quelle jolie couleur. Et ses prunelles qui bougent, si naturellement, l'embarrassent presque. Elle n'est pas humaine, pour sa part. Et trouve dans cette normalité un charme fou, celui de résister malgré tout les opposants magiques. Alors, par respect envers ce personnage qui ne lui transmet aucune onde magique, qui lui semble être la banalité dans toute sa beauté, elle tend sa boite de cookies, après avoir soulevé le couvercle. Et, même si sa camarade de soirée ne le sait certainement pas, c'est un honneur qu'elle lui fait.

« Bonsoir. Voudriez-vous d'un gâteau, mademoiselle ? J'aimerais que vous acceptiez, et que nous discutions. Vous êtes le premier humain que je croise ici. »  
danke!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Moon is so bright at night — Lum ft. Ruby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ito Mei Na - Jealous of the moon that shines so bright at night.
» Moon Night ~~
» Wednesday Night Raw # 60
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Day :: Another :: Les lieux aux alentours :: La plage-
Sauter vers: