Partagez | 
 

 adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haiko E. Fuyumi
Don't waking me
Don't waking me
avatar

Messages : 25
Age : 17
Lien de ta fiche : www.
Disponibilités : 7j/7 ? *nolife*

Fiche d'identité
• Pouvoir: Illusionniste

MessageSujet: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Dim 29 Mai - 15:20


HAIKO ELVYRA FUYUMI



Who are you ?

Informations sur ton personnage

• Prénom : Haiko, dite Elvyra.
• Nom : Fuyumi.
• Âge : 128 ans.
• Sexe : Femme.
• Race : Démon.
• Orientation : Pansexuelle. Mais au final, elle passe plus son temps à sauter sur tout et n'importe quoi qu'à chercher l'amour.
• Occupation : Libraire. Elle tient une petite librairie dans un coin perdu d'Another, entre deux ruelles.
• Animal de compagnie : Un petit chat noir du nom de Béros. Une petite teigne, mais qui n'aura jamais assez de courage pour chiffonner sa maîtresse. Il porte un collier rouge.

• Pouvoir : Illusionist.
Description du pouvoir : Capacité démoniaque qui permet de former une sphère dimensionnelle invisible à tout élément extérieur, où le porteur du pouvoir peut le matérialiser à souhait sur une palette variable : armes, métamorphoses, ou bien illusions réalistes et prenantes pouvant être aussi paradisiaques que cauchemardesques.
Le pouvoir peut être déclenché à volonté selon l'énergie physique par la simple invocation de la forme démoniaque. Plus l'énergie est importante, plus le pouvoir est puissant.
L'Illusionist permet entre autre de changer la forme physique du porteur et d'adapter l'environnement de la sphère à son avantage, mais aussi d'en faire le théâtre d'hallucinations totales ou encore une cellule de détention. Cependant, la formation de la sphère et la matérialisation du pouvoir est très couteuse en énergie, et nécessite une phase de sommeil prolongée pour compenser l'énergie dépensée, ainsi que l’absorption immédiate de chair et de sang - si possible de sa victime, qui restaure psychologiquement plus le pouvoir. La taille de la sphère est réduite à une vingtaine de mètres maximum, mais elle est parfaitement invisible de l'extérieur et contient tout bruit et chocs.
L'Illusionist s'apparente à l'être démoniaque propre dans le corps de l'hôte. C'est à dire qu'il est comme l'incarnation de son âme, forme et particularité de démon. Ainsi, en plus du pouvoir en lui même, il lui confère la régénération, la résistance, la force et la vitesse normales des démons ; sans lui, en revanche, l'hôte revient au stade de simili humain.
Le pouvoir peut être 'boosté' par la consommation d'une créature comme celles peuplant Another, c'est à dire qu'il permet de connaître ses souvenirs et de partager ses savoirs, chose très utile.


Information sur toi

• P'tit nom/pseudo : KuroiSora. Sora-Nyan pour les intimes !
• Ton âge : 16 takoyakis, et oui j'ai faim ;;
• Garçon ou fille ? Femelle 8D
• Comment as-tu connu le forum ? CC YAMI CHERIE
• Comment le trouves-tu ? Vous êtes toujours aussi bons. J'étais venue en même temps que ma sempai, pis je me souviens plus ce qui s'est passé. Rip ma mémoire :')
• Tu vis où ? Dans un ananas sous la mer.
• Tes passions : La bouffe, ça compte ?
• Ta couleur préférée : Le rouge ? ça se voit absolument pas, je sais.
• Ton trait de caractère dominant ? La flemme ♥
• Un dernier mot ? Jean-Pierre.
• Le merveilleux et fantastique code : Panda was here ♥


Description physique & mentale

Haiko est quelqu'un de très poli et serviable, avec toujours un bon mot à la bouche pour remonter le moral. Elle pleure facilement, mais elle a un grand cœur et sera toujours là pour écouter. De plus, elle est très jolie avec ses grands yeux rouges et son visage fin. Ses longs cheveux noirs aux reflets rouges tombent sur ses hanches avec une volupté et un parfum doux rares, et sur ses belles formes généreusement réparties. S'il n'est pas parfait, son physique en reste très avantageux.
Mais ne croyez pas tout ce qu'on peut dire.
Vous vous trompez dès le début.

Elvyra ne se sent pas 'Haiko', c'est simplement son identité officielle en ce monde à ses yeux, c'est pourquoi elle préfère être appelée par son nom démoniaque. La vraie elle n'est pas cette façade impropre qu'elle dépeint en permanence, mais le monstre derrière le rideau qui tire les ficelles ; le même monstre qui a souffert des cicatrices couvrant son corps, déchirant ses omoplates et caressant ses joues. En réalité, elle n'est rien de plus qu'une manipulatrice égoïste qui a compris que dans ce monde il vaut mieux se jouer plutôt que d'être joué. Sa vie, son masque hypocrite pour cacher toute sa méprise des autres êtres de ce monde, se noie cependant dans divers passe-temps que tous ont pour remplir cette existence morose. En dehors de la mort qu'elle doit consommer pour alimenter son pouvoir, Elvyra se plaît à manger énormément et à savourer tout ce qui lui passe dans le gosier sans même avoir de préférences gustatives, gourmande et gloutonne comme elle est. Elle est aussi sujette à une curiosité sans faille, et se sent obligée de vouloir tout savoir en permanence. Mais ce n'est pas tout, elle aime aussi tout particulièrement s'adonner au pêché de chair et à la lecture, qui la distraient de sa quête macabre et toujours plus envahissante de pouvoir.

Once upon a time

« Je ne suis pas un être concret ; je ne suis qu'une ombre, une âme qui erre, quelqu'un qui prend ce qu'on lui tend en souriant, et qui un jour a décidé de changer de bord. »
Les rêves sont nos souhaits pour le futur ; les cauchemars sont ceux que nous avons faits par le passé et qui ne se sont jamais réalisés.

21. Elle s'enroula une énième fois dans le lambeau de tissu qui lui servait de couverture, espérant se réchauffer alors qu'elle baignait dans une flaque humide de saleté. Ce cachot avait fini par devenir sa seule maison, la seule qu'elle n'aurait jamais connue et dont elle ne pourrait sortir. Elle ouvra faiblement les yeux, elle avait besoin de force, de nourriture, de boire aussi ; les plaintes des autres enfants résonnaient entre les murs de pierre gelée. Elle pouvait entendre au loin les cliquetis des barreaux bougeant sous les coups des plus vieux d'entre eux, dans le couloir voisin. Elle ne se rappelait même plus depuis quand elle était ici, depuis quand elle n'avait pas mangé, et elle finissait soudainement à se demander combien de temps la situation resterait ainsi.

36. On la poussa dans le wagon avec le reste des détenus, les entassant par dizaines dans le même compartiment sans se soucier de leur état. Sa chance fût d'être une des dernières à être rajoutées au tas de jeunes démons, sinon elle aurait suffoqué sous eux. Peut être aurait-ce été mieux, en soi. Elle restait là sans bouger, elle n'avait pas la force de quitter la position dans laquelle on l'avait balancée, et fixait le plafond sans grande réflexion. Les autres démons se taisaient, abasourdis de fatigue et de faim, mais certains cherchaient pourtant à s'enfuir de cet endroit. Ceux qui les avaient jetés là revinrent pour eux, et les exécutèrent d'un coup de feu ; le sang recouvrit les autres enfants apeurés, et leurs corps furent laissés parmi eux. Le train démarra, et le voyage fût long, accompagné de pleurs et de cris, ainsi que d'une odeur de fer et de chien mouillé, de crasse et de mort. Si long qu'elle ferma les yeux au bout de quelques minutes, et cru ne pas se réveiller.

39. Elle ouvrit les yeux dans une pièce aussi sombre et insalubre que celle qu'elle avait toujours connue, en sachant pertinemment que ce n'était pas chez elle. Ses mains étaient nouées dans son dos, sur le dossier d'une chaise beaucoup trop inconfortable et craquant à chacun de ses mouvements. Son regard suivit les inconnus qui venaient de pénétrer dans la pièce, ils étaient cinq. Elle les regarda tous, méfiante, et tenta de défaire le tissu qui bandait sa bouche. Pas moyen. En les voyant s'approcher, et cherchait de plus en plus à se libérer, tout en sachant qu'elle n'y arriverait pas. Ses grandes ailes noires se déployèrent, et les intrus eurent un mouvement de recul surpris accompagné de cris. Mais la situation s'envenima, elle avait fait juste ce qu'ils voulaient. Elle sentit des mains agripper la base de ses ailes et les déchirer, les froisser, les tordre, les tuer. Sa douleur se noyait dans ses cris alors qu'elle sentait le sang couler le long de son dos. Elle les détestait, tous, même ceux qu'elle n'avait pas connus.

57. Cela faisait des années maintenant que ça avait commencé. Elle avait beau vivre bien plus longtemps que ces détritus d'humains, tout ceci lui semblait être une éternité. Encore une fois, on l'attacha à cette chaise. Encore une fois, la douleur coula de ses plaies devenues si profondes. Encore, encore, encore. Sa peau lui brûlait sans cesse, c'était comme si ses muscles et organes voulaient fondre pour s'enfuir de ce corps meurtri. Encore, encore, encore.
On la libéra, comme à chaque fois, en la jetant de nouveau dans cette pièce froide et sale. Là aussi, il y avait des flaques de crasse et peu de lumière. Il n'y avait pas à manger, ni à boire, non plus. Elle s'effondra dans une de ces flaques boueuses et vaseuses, et entendit ses tympans vriller et fourmiller encore une fois. Elle se recroquevilla dans sa douleur, contemplant le reflet de ses yeux vides dans l'eau sale aux remous fatigués. Elle se demanda ce qu'elle faisait encore ici, à pourrir comme un vieux bout de viande, puisque personne ne la voulait. Elle pensa qu'elle devait peut être forcer le destin. Ses yeux se fermèrent, sa respiration se coupa. Elle attendit, mais rien ne vint.
Ses yeux s'ouvrirent de nouveau, elle n'avait pas bougé et voyait toujours le reflet de son regard placide à quelques centimètres de son visage. Elle regarda un peu plus haut, et vit la porte s'ouvrir de nouveau. C'était encore l'heure.

66. La chaise avait changé, les liens qui l'y retenaient également. Ce n'était pas la pièce habituelle. C'était la place du village, apparemment, à voir tous les gens brandissant des fourches autour d'elle. Les hommes habituels, eux, étaient là. Des torches montèrent dans les foules, et bientôt elle ne pouvait plus voir qu'un parterre de feu sous ses yeux. Son corps nu et détruit était encore plus serré dans ces chaines et ces cordages, n'avait-il pas été assez sali par ces lames et ces mains impropres ? Elle restait là, placidement vide, à poser son regard au hasard sur ces gens qu'elle ne verrait sûrement qu'une fois. Elle regarda le ciel, les arbres ; peu de fois elle avait pu respirer le vent frais, sauf entre les planches de bois des trains qui la transportaient de prison en cachot. Mais cette fois, c'était différent. Elle se sentait légère, même enchaînée ; peut être était-ce la mort, peut être était-ce la liberté, peut être était-ce les deux à la fois.
Soudain, la chaleur monta dans ses jambes. Du feu. Ce brasier vivant autour d'elle, c'était des acclamations. Ils voulaient la brûler vivante. Sans un regard, elle vit ses bourreaux quitter la place et la laisser seule, encore. Si ce n'était pas cette compagnie horrible, c'était cette solitude pesante. Encore, encore, encore. Elle ne connaissait rien d'autre. Encore une fois, elle repensa à tout ça, et se demanda pourquoi elle l'avait autant mérité. Pourquoi elle devait se taire et accepter un destin qu'on n'a pas daigné lui proposer. Alors qu'elle sentait la chaleur remonter sur sa cuisse et qu'elle ne pouvait retenir ses cris atroces, elle hurlait sa douleur mentale devant eux tous. Elle ne voulait plus, elle n'était plus d'accord avec tout ça, mais surtout, elle n'était pas d'accord avec la mort. Ils lui avaient arraché ses soixante-six premières années, ses ailes, sa virginité, sa dignité et sa santé, mais ils ne lui arracheraient pas sa liberté. La sphère engloutit toute la place et ses occupants. Le feu s’éteignit. Les chaînes glissèrent sur sa peau. Ses mains arrachèrent tout, tous, jusqu'au dernier. Jusqu'à ce qu'il n'y ai plus rien dans cet espace qui était sien.

89. Elle restait assise là, à regarder en silence la pluie tomber sur les pavés. Elle était bien ici, à l'abri de ces gens qui ne sortaient pas quand le temps n'était pas clément, les rues étaient à elle et à elle seule. Elle se leva et dansa sur les pierres, parmi les gouttes d'eau qui trempaient ses cheveux. Mais, elle finissait toujours par s'ennuyer dans ce bourg perdu entre les forêts, quand elle restait ainsi dans les rues. Il fallait qu'elle remédie à ça. Elle s'arrêta soudain de danser, et observa la cime des arbres qu'elle pouvait voir outre la dernière maison du village. Elle voulait aller voir ce que c'était, cette ville dont elle entendait les gens parler et où elle les voyait partir si souvent. Alors elle y partit à son tour, les pieds nus et les vêtements mouillés, à travers la forêt.
Là bas, elle admira tout. Elle marchait dans les rues, souillon comme elle l'était, à regarder d'un air rêveur ces appartements et ces commerces lumineux. Elle passait des heures à arpenter les places, les chemins, les rives du fleuve qui passait là, à slalomer entre les gens qui marchaient à contre sens, à jouer avec les chats et les chiens errants. Elle écoutait les bonheurs et malheurs exposés, s'aventurait au hasard dans la vie des gens qui passaient, et agrémentait sa propre existence de ces doux mets. Elle apprit sur ces gens qui peuplaient la ville, en silence, sans rien perturber ni toucher, comme un fantôme. Mais un jour elle percuta quelqu'un, elle qui finissait par croire qu'elle n'existait pas tant on l'ignorait.

92. Discuter avec cet homme qu'elle avait percuté il y a bien longtemps maintenant lui en apprit long sur cette humanité dans laquelle elle baignait. Elle pouvait rester des heures à l'écouter lui raconter des choses sur ce monde, tandis qu'elle restait silencieuse. Elle, elle ne disait jamais rien, elle se contentait d'écouter. Jamais elle ne songerait à révéler quoi que ce soit sur ce qu'elle avait vécu - ni sur la durée de sa vie - et puis, elle ne parlait pas. C'était sûrement ça qui l'avait poussé à se confier à elle et à lui en dire autant, qui se méfierait d'une petite souillon muette avec un visage d'enfant ? Cette fois encore elle était à genoux à ses côtés, à la fenêtre de la chambre où il la logeait depuis quelques temps. Elle restait là, silencieuse, à le regarder parler. Elle en apprenait toujours plus sur ce monde, sur ceux qui le peuplaient, sur leur fonctionnement. Elle analysait toujours les sentiments qu'il lui confiait, les envies, les désirs, et les rangeait dans un coin de sa tête en sachant pertinemment que tout ceci allait un jour lui servir. Tout n'est qu'un jeu de cartes, où il faut savoir le plus et mentir le mieux pour obtenir la meilleure main.

100. Elle s'assit à nouveau au bord de la fenêtre de la pièce vide. Tous les meubles étaient emballés dans des tissus blancs, et la fenêtre laissée ouverte faisait valser les rideaux dans la brise hivernale. Il était mort depuis des moins maintenant, mais elle continuait de venir ici. Elle avait grandi grâce à lui, et le voir disparaître sans laisser de trace lui avait laissé un marque sur le cœur qu'elle ne connaissait pas. Il était le seul qu'elle n'avait pas manipulé et dont elle ne s'était joué, c'était au final son maître bien plus que son cobaye ; et de toute manière, la seule chose qu'il avait à lui offrir était sa vie, son passé, son expérience pour éduquer la démone qui ne demandait que ça. Des fois, il lui manquait. Elle trouvait ça étrange que quelqu'un puisse la toucher, surtout un pauvre humain de son espèce, mais c'était bel et bien la réalité de ces dernières années. Elle se rappela en regardant les rues accueillant le flot des foules cette fameuse rencontre, et toutes les fois où elle avait emprunté ces chemins en sa compagnie. Elle soupira doucement et descendit de la fenêtre, s'engouffrant dans l'ombre de la pièce et l'ombre de son esprit embrumé, une larme de regret perlant sur ses joues blessées.

116. Un cri de jouissance remonta dans sa gorge et résonna en écho à celui qui venait de retentir. Collant malicieusement sa peau nue à la sienne, elle se glissa contre sa proie jusqu'à atteindre son oreille et la prendre au cou pour l'y bloquer. « Je suis rien qu'à toi si tu exhausses mes caprices.. » siffla sa voix entre ses lèvres trompeuses. Elle pouvait tout avoir, tout ce qu'elle souhaitait ; le problème, c'est qu'elle voulait tellement qu'elle ne savait plus ce qu'elle voulait. Avide de sexe, d'argent, de chair, elle pouvait tellement tout avoir tout en voulant toujours plus qu'elle s'étourdissait à la recherche de nouveaux objectifs. Pour lui, elle finit par décider qu'elle prendrait les trois.
Elle quitta la pièce couverte de sang et compta les billets dans sa main. Douze, treize, quinze, ... Et puis qu'importe, elle les rangea dans son soutien-gorge et s'invita dans la salle de bain de l'appartement. Elle poussa la porte et s'avança vers le robinet d'eau, et s'aspergea le visage encore tâché de rouge près de la bouche et sur les joues. Son regard croisa celui de son reflet, elle se figea. Elle observa longtemps son écho, ses yeux rouges dont la pupille s'était allongée, ses ailes de sang remplaçant celles arrachées il y a bien des années, ses joues craquelées de ces cicatrices du passé, ces mêmes cicatrices qui tachaient également le reste de son corps en plus de tout ce sang qui n'était pas le sien. Elle se regarda, et demanda à son reflet pourquoi et comment elle en était arrivée là. Bien sûr, elle n'eut pas de réponse. Elle baissa les yeux et se dit qu'elle n'était peut être pas faite pour cette vie où elle pouvait tout avoir, qu'il lui fallait peut être viser plus haut que tout ça. Ou alors, elle devait viser d'autres cibles. D'autres démons. Ou du moins, d'autres gens de son rang. Là, elle n'aurait pas qu'à gagner qu'un peu de plaisirs de chair, de nourriture et de monnaie ; et toute cette chasse serait beaucoup plus amusante.
Elle sentait son corps la lâcher doucement, elle avait déjà mangé mais devait maintenant laisser son corps récupérer et récompenser l'Illusionist. Alors qu'elle allait trouver une quelconque couche dans cet endroit pour se reposer, ses jambes lâchèrent brusquement et son esprit s'étourdit. Sa tête cogna le réceptacle en faïence ensanglanté, et elle s'endormit. Une chance qu'elle ne soit pas aussi faible que ces humains.

121. Voilà des lustres qu'elle cherchait cet endroit dont elle avait à peine ouï sur son périple. Elle avait retourné ciel et terre à la recherche de gens comme elle, et en avait effectivement trouvé deux ou trois dans cette partie du monde. Tous lui dirent, avant qu'elle se mesure à eux et les consomme aisément, qu'un endroit comme celui où elle venait de se retrouver existait. Et effectivement, cette île semblait très étrange et intéressante ; l'aura de ses habitants n'était pas la même que celle de l'autre monde derrière cette barrière magique. Néanmoins, cette quête lui permit de comprendre deux choses.
La première est que chasser d'autres créatures comme elle lui offre effectivement des avantages non négligeables, en plus de l'entraîner d'autant plus au combat.
La deuxième est que cette île recelait bien des choses qu'Elvyra recherchait.

Mais parfois, les cauchemars ne s'arrêtent jamais.
« Cet enfer que tu entends dans mon nom est celui auquel tu vas goûter à ton tour ; mais ne t'en fais pas, je prendrai soin de ton corps, et en savourerait chaque richesse. N'oublie par ce nom dans l'au-delà, n'oublie pas Elvyra, l'enfer sur terre. »


Another Day


WHY DO YOU FEAR DEATH SO MUCH ?
liensfichetheme song#f00000


Dernière édition par Haiko E. Fuyumi le Mer 8 Juin - 16:42, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko N. Ui
Petite Baka & Admin
Petite Baka & Admin
avatar

Messages : 229
Lien de ta fiche :
Disponibilités : En fonction de ma motivation et de mon temps ~

Fiche d'identité
• Pouvoir: Guns&Mirror

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Dim 29 Mai - 15:27

Je valide le code, déjà.
ET OUI COUCOU MA CHEWIE.

Bonne chance pour la suite de ta fiche, t'en a pas b'soins de toute façon ~
(Je te prépare un petit quelque chose, au passage)
T'aurais pu remplir un peu plus avant de grapher, flemmarde x)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugo 'Ugh' Weiss
Petit Panda & Admin
Petit Panda & Admin
avatar

Messages : 332
Age : 21

Fiche d'identité
• Pouvoir: Mémoire Photographique

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Dim 29 Mai - 19:27

Premièrement, Bienvenue \o/
Espérant que le bleu te plaît aussi car le forum en déborde un peu en ce moment. / Aurait voulu plus de vert mais on peu rien y faire *sigh* /

J'fais ma partit d'Admin chiant en te disant que t'as que deux semaines pour complétée ta fiche, bien que je doute que tu ai besoin d'autant de temps ! Au plaisir de te voir sur la cb & encore une fois, Bienvenue \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiko E. Fuyumi
Don't waking me
Don't waking me
avatar

Messages : 25
Age : 17
Lien de ta fiche : www.
Disponibilités : 7j/7 ? *nolife*

Fiche d'identité
• Pouvoir: Illusionniste

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Dim 29 Mai - 21:30

Jotem Yamichose ♥

Mercii~
On va faire avec le bleu malgré tout, pis ça fait été e_e
J'ai fini tout à part l'histoire, qui devrait pas trop trop tarder normalement. Donc voilà. *lance des paillettes*


WHY DO YOU FEAR DEATH SO MUCH ?
liensfichetheme song#f00000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evanna K. Walker
Petite Patate & Fondatrice
Petite Patate & Fondatrice
avatar

Messages : 485
Age : 21
Lien de ta fiche :
Disponibilités : En soirée, et certains weekends.

Fiche d'identité
• Pouvoir: Dissociation de l'Identité

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Dim 29 Mai - 22:05

Jean-Pierre.

Sinon, BIENVENUE ♥️
C'est dommage le thème de Noël tout rouge est plus là 8D Mais c'est aussi ma couleur préférée alors on va bien s'entendre huhu ♥️

Bon courage pour ton histoireuh ~
Love you !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiko E. Fuyumi
Don't waking me
Don't waking me
avatar

Messages : 25
Age : 17
Lien de ta fiche : www.
Disponibilités : 7j/7 ? *nolife*

Fiche d'identité
• Pouvoir: Illusionniste

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Ven 3 Juin - 18:31

Bonjour bonjour~
Je fais un petit passage pour dire que je suis pas morte, pis que j'ai quasi fini l'histoire mais que je retape le caractère -parce que ma flemme a fait que je l'avais trop bâclé à mon goût ehe - donc je devrais finir dans le weekend~


WHY DO YOU FEAR DEATH SO MUCH ?
liensfichetheme song#f00000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko N. Ui
Petite Baka & Admin
Petite Baka & Admin
avatar

Messages : 229
Lien de ta fiche :
Disponibilités : En fonction de ma motivation et de mon temps ~

Fiche d'identité
• Pouvoir: Guns&Mirror

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Ven 3 Juin - 18:46

Bien, j'ai hâte de lire ça


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiko E. Fuyumi
Don't waking me
Don't waking me
avatar

Messages : 25
Age : 17
Lien de ta fiche : www.
Disponibilités : 7j/7 ? *nolife*

Fiche d'identité
• Pouvoir: Illusionniste

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Mer 8 Juin - 16:48

Sinon vu que j'aime bien être en retard et que ma flemme est légendaire.. //PAN
J'ai fini, avec trois jours de retard mais j'ai fini 8D


WHY DO YOU FEAR DEATH SO MUCH ?
liensfichetheme song#f00000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evanna K. Walker
Petite Patate & Fondatrice
Petite Patate & Fondatrice
avatar

Messages : 485
Age : 21
Lien de ta fiche :
Disponibilités : En soirée, et certains weekends.

Fiche d'identité
• Pouvoir: Dissociation de l'Identité

MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   Jeu 9 Juin - 13:46

Une bien belle fichie ! Tout est parfait, je t'offre donc ta jolie couleur rouge + 10 points de validation. Bon jeu !


Félicitation
Haiko E. Fuyumi

Félicitation, Haiko E. Fuyumi, tu fais maintenant partie de la communauté d'Another Day et tu es désormais libre d'explorer les différents lieux et divertissements ! Amuse-toi bien parmi nous. ♥ Tu peux également, si ce n'est pas déjà fait :

• Compléter ton profil.
• Recenser ton avatar.
• Faire/répondre à une demande de rp.
Flooder un peu !
• Recenser ton pouvoir.



FICHEJOURNALGALERIESMS ♦ J'PAPOTE EN MEDIUMSLATEBLUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi   

Revenir en haut Aller en bas
 
adrenalize me- ∆ haiko elvyra fuyumi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kaogake Haiko
» Haiko Tsuyushi, pour vous servir ~
» Plante et foudre...bonne entente? [PV Rigu]
» L'enfant des cendres de l'enfer ~
» Présentation Théia Haiko [ Manque une validation ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Day :: Premiers pas :: Présentations :: Population officielle-
Sauter vers: