Partagez | 
 

 Il était une licorne... [Alexy]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 5 Oct - 19:02





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Y'a comme quelqu'un qu'essaye de taper l'incruste »




Une licorne dans le ciel, galopant sur les nuages cotonneux et sautant par-dessus les arcs-en-ciel.  Des nuages si doux et moelleux qu’on s’y verrait faire une sieste rien qu’en les voyant... awh.

« Tiens, c’est intéressant ce que vous nous dessinez là. »

Brusque retour à la réalité. Sortant de mes songes, je tournai vivement la tête vers l’origine du bruit. Paniquée, pas le moins du monde. Juste curieuse, rien de plus. Le professeur avait remarqué un élève inattentif au fond de la classe, et avait décidé de le prendre en grippe. Le concerné fut cordialement invité à ranger ses affaires et prendre la porte de sortie, sous le regard amusé de ses camarades. J’aurai bien pu en rire aussi, mais j’étais trop soulagée de ne pas m’être faite pincée à sa place. Un bâillement discret, un regard blasé au tableau. Des formules mathématiqus, des dessins... c’est quoi cette langue, déjà ? Bref, ce léger incident bouclé, l’enseignant pu reprendre son cours, et moi mes activités.

C’était toujours ainsi, la triste routine des études. Certains enseignements se trouvaient être si ennuyeux qu’on y passait son temps à développer d’autres compétences, comme le dessin ou l’écriture. Oui bon, pas très réaliste ma licorne. Je n’avais jamais été réellement douée pour l’art, ni pour quoi que ce soit. Rien ici ne me semblait digne d’un réel intérêt. Parfois encore, ce genre de questions existentielles me taraudait l’esprit. Qu’est-ce que le talent ? Trouverai-je ma voie un jour ?

... En tout cas, si talent il y avait en moi, il était bien caché. Je lâchai un soupir las, regardant ma feuille avec dépit avant de la retourner pour cacher mon œuvre. Le crayon dans ma main glissa sur la table alors que je prenais ma tête entre mes poings, tentant d’au moins donner l’illusion de suivre les futilités que débitait le professeur. Que faire, que faire, que faire...

« ... J’ai faim. »

Dernier cours de la matinée... sans doute plus qu’une petite demi-heure à tenir, courage... Mais pourquoi ces encouragements sonnaient-ils si faux ?... Ah, j’abandonne, bonne nuit. Et à cette pensée, je m’effondrai totalement sur ma table, le visage à demi enfouis entre mes bras croisés.

** Clac **

Soudain, quelque chose fit irruption dans la pièce. Toute la classe se tourna vers le nouveau venu à l’unisson, saisissant le premier prétexte venu pour relâcher son attention du cours. Mais à vrai dire, ce visiteur était plutôt atypique. Peut-être parce qu’il était albinos. Ou peut-être parce qu’il avait à peu près cinq ans de moins que la moyenne d’âge de la classe. J’en avais déjà vu se tromper de salle, mais là, c’était carrément de bâtiment.

« Jeune homme, vous avez besoin d’aide ? »

Finalement, c’est pas mon problème à moi, je me rendors. Réveillez-moi quand le ronron mathématique du vieux sera terminé...


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Lun 13 Oct - 18:20

J'ouvris les yeux difficilement après cette longue nuit de régénération. Ma vision était encore trouble lorsque je décida enfin à me lever. Je marchais en titubant, en m'accrochant à tout ce qui pouvait me tomber sous la main. La régénération m'a toujours fait cet effet. Je fronçais les sourcils pour mieux distinguer ce qui se trouvait en face de moi. Récemment, j'avais dû utiliser mes chaînes contre un ennemi relativement puissant, et je reçois encore les lourds effets indésirables de mon pouvoir. C'est pour cela que j'ai tenté un repos dans la salle de régénération, mais au final, cela m'a juste rechargé mes "batteries".

Je posai alors ma main sur ma tête, elle me faisait horriblement mal. J'avançais tant bien que mal, alors que je réfléchissais à une façon de me détendre, faire abstraction de cette douleur.
Je sais ! Je vais me taper l'incruste dans une salle de classe ! Cela me changera probablement les idées, surtout qu'à mon avis, je vais en surprendre plus d'un si je vais dans un bâtiment où les élèves sont beaucoup plus âgés. Hum... cela fait ça après une utilisation conséquente de mon pouvoir ?

Oui, c'était étrange. Je pouvais apercevoir sur mon avant-bras gauche une chaîne enroulée. J'en profitai alors pour retirer mon sweat et regarder si les chaînes étaient disposées ailleurs sur le haut du corps. Il y en avait également une autour de ma taille, pourtant je ne les sentaient absolument pas.

Ca va pas me rouiller, j'espère, je suis déjà à bout là...

Je fis une légère grimace en voyant l'imposante chaîne à ma taille, je décide alors de remettre mon sweat. Je me dirige alors vers un bâtiment au hasard, là où se trouvent des élèves plus âgés. En passant, je remarquer pas mal d'androïdes, qui ont l'air de se détendre. Pourquoi suis-je le seul à qui la régénération ne fasse pas tant de bien que ça ? C'est limite si j'y vais au moment de tomber en panne. En fait, je ressemble à n'importe quel humain pendant la journée. Je vais en cours, je mange le midi, la seule chose qui me différencie des autres est cette programmation. Je sortis mon téléphone et regarda s'il y avait de nouvelles indications concernant mon pouvoir. Pendant un instant, je saisis mon téléphone fermement à ses deux extrémités, mimant le geste de le briser.

Si seulement je pouvais me permettre de faire ça...


Mais ce pouvoir de distorsion m'étais tout de même très utile, car sans lui, je pense que je serais mort depuis une éternité déjà. Baah, peu importe ! De toute manière, je devrais bien m'y habituer non ? Je me rends compte que je suis rentré dans un bâtiment. Sans même y faire plus attention, je me rends compte que mes maux de têtes se sont calmés. Je vais pas m'en plaindre ! Je montais des escaliers, et j'avançai dans un couloir relativement vaste. C'est alors que je pris une porte de salle de classe au pif, saisis la poignée, et l'ouvrit.

Je souris lorsque je vis les têtes des élèves et du professeur se tourner vers moi.

Jeune homme, vous avez besoin d’aide ?

Je le fixai alors des yeux, et toussais un petit coup avant de prendre la parole :
Pas particulièrement Monsieur, j'aimerai seulement assister à votre cours, je m'ennuie de mon côté. Vous savez, la journée est si calme, que parfois j'aimerai être le soir pour retourner travailler.

En tournant la tête, je vis une élève se replonger dans ses pensées, non plutôt dans une sorte de rêve semi-conscient. Je lâchai un petit rire, et m'approcha d'elle. Je pose ma main gauche frénétiquement, oubliant presque la chaîne qui devait être légèrement visible.

Il ne faut pas dormir en cours, tu sais bien ?



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 19 Oct - 16:31





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Maieuh, pourquoi moi ? ;w; »




Je voudrai assister à votre cours parce que je m’ennuie. Il y a des gens qui ne savaient vraiment pas à quel point prétendre pouvoir s’ennuyer à ne rien faire était une bénédiction, franchement. Pour ma part, plutôt m’ennuyer n’importe où qu’en cours de mathématiques, et lui, c’était le premier endroit où il avait envie de le tuer. Idiot... bah, au pire, ce n’était pas mon problème.

« Il ne faut pas dormir en cours, tu sais bien ? »

La secousse sur ma table quand il frappa sa main dessus me fit sursauter légèrement, tournant la tête de manière à voir l’idiot qui s’était permit cette idiotie du coin de l’œil. Ah, comme si cela avait été nécessaire, je le savais parfaitement, ce n’était pas une surprise. Mais... qu’est-ce qui clochait chez lui, à la fin ?

« Je ne dors pas, pff. »

Marmonne-t-elle avec un tel entrain qu’elle pousserait presque à sombrer dans la dépression. J’allais me replonger dans mes pensées – autrement plus captivantes que le cours – alors que je remarquai cette chose à son poignet. Le nouveau truc à la mode ? Etrangement, j’y sentais quelque chose familier... j’aurai déjà vu cette chaine quelque part ? Non, ce devait être autre chose.

« Ahem, je vous dérange ? Puis-je reprendre mon cours, à présent ?

Ha, il s’impatientait ? C’était pas comme si ce qu’il disait était important, et puis, on avait largement assez d’heures pour en perdre quelques minutes.

- Quant à vous jeune homme, l’intérêt que vous manifestez pour mes enseignements, quoi qu’il soit admirable, ne vous dispense pas de suivre les règle comme tout-un-chacun. Vous resterez à la fin du cours. »

Héhé, dans les dents, élément perturbateur. Pour le coup, j’eus tellement envie de rire intérieurement que j’en vins à sourire discrètement.  L’ennui, c’est que j’allais devoir le supporter encore un long quart d’heure, vu que la place à côté de la mienne était libre. Eh bien, peut-être devrai-je en profiter pour prendre quelques notes, sait-on jamais...

Ainsi le cours reprit tranquillement, le professeur achevant la correction de l’exercice en cours au tableau et donnant les suivants à faire. Me redressant doucement pour dégager la feuille sous mes bras, je jetai un œil à ce qu’il s’était passé depuis le début du cours. Quelques exercices avec des calculs gribouillés, gommés et réécrits, les réponses listées. Parfois, seulement l’intitulé agrémenté de solutions incomplètes, parfois... rien du tout. On passera sur les dessins occupant à peu près tout l’espace blanc sur le côté... hm, oui, vaudrait mieux pas que le professeur vienne fourrer son nez ici. Quoique, peut-être qu’il aime les licornes et qu’il ne dira rien ?

« Bien, des volontaires pour corriger l’exercice sept ? Personne ?... alors... tenez, Alizire, faites-nous la première.
- Argh ! »

Pourquoi moi... quand je dis que le chiffre sept me porte la poisse, et après on dit que c’est des conneries tout ça. Faisant mine de chercher la réponse dans mes notes, je parcourrai l’énoncé du regard pour au moins en avoir une idée. La limite de la fonction à l’infini ?...

« Hm... La fonction... tend vers zéro.
- Eh bien c’est faux. Quel théorème doit-on appliquer ici, quelqu’un peut l’aider ? Vous par exemple – quel est votre nom déjà ? – avez-vous la réponse ? »

Raté... au moins le bluff avait prit, je m’étais juste trompée, ce n’était pas comme si j’avais dormi tout du long. La bonne blague. Et c’est le squatteur qui se retrouvait avec le fardeau. Il semblait bien jeune, peut-être qu’il n’avait jamais apprit ce genre de trucs encore. Pas que ce soit complexe – dit celle qui n’a pas su donner la réponse – mais c’est comme tout... on ne va pas cuire des pattes si on ne sait pas allumer la cuisinière.


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 19 Oct - 17:45

Je la vois m'adresser un regard, histoire de me voir de plus près.
Je ne dors pas, pff.
Mais bien sûr... c'est ce que disent toujours les personnes qui se sont tapés une petite sieste improvisée. Lorsqu'elle s'attarda sur la chaîne qui s'était collée à ma main gauche depuis ce matin, je fais un pas en arrière, tout en fronçant les sourcils.

Ahem, je vous dérange ? Puis-je reprendre mon cours, à présent ?
Je tourne brièvement la tête vers le professeur. Je peux comprendre son impatience, cela ferait longtemps que j'aurai donné des coups de katana aux élèves. Enfin, ça doit-être interdit, je suppose...
Quant à vous jeune homme, l’intérêt que vous manifestez pour mes enseignements, quoi qu’il soit admirable, ne vous dispense pas de suivre les règle comme tout-un-chacun. Vous resterez à la fin du cours.

Ah. C'est ces fameuses "heures de colles" que donnent les professeurs lorsqu'un élève n'obéit pas au règlement ? Depuis quand un élève peut-il être puni d'aller dans un bâtiment d'études supérieures ?

Monsieur, si je peux me permettre, je ne suis pas disponible après ce cours, j'ai des obligations, voyez-vous ?

Vais-je empirer mon cas ? En même temps, je ne suis pas réellement élève, je n'ai donc aucune obligation d'aller en cours, je le fais pas pur plaisir, alors si cela devait devenir une corvée, j'allais m'abstenir d'y aller.
Je vais donc m'assoir à côté de l'inconnue, car la place était libre.
Le professeur corrigeait l'exercice, alors que moi je fais tourner un stylo dans mes mains. A chaque fois mon regard dévie sur cette chaîne beaucoup trop imposante à mon goût.

Je regarde alors ma voisine du cours, qui avait l'air d'en avoir ras-le-bol du speech du professeur.

Bien, des volontaires pour corriger l’exercice sept ? Personne ?... alors... tenez, Alizire, faites-nous la première.


Je lâche un léger rire. Si seulement c'était mes pensées qui avaient pu dicter la conduite du prof', mais je sais bien que c'est impossible. J'imagine ce sourire en "v" qui peut déranger certaines personnes. Elle l'avait bien cherché au final.

Je n'ai pas le temps de m'attarder plus sur l'élève qui passait au tableau, que mes maux de tête revinrent. Par réflexe, j'approche ma main gauche de ma tête, mais un douleur me foudroya aussitôt. Choqué, je mets du temps à comprendre que le professeur m'adressait de nouveau la parole.

Eh bien c’est faux. Quel théorème doit-on appliquer ici, quelqu’un peut l’aider ? Vous par exemple – quel est votre nom déjà ? – avez-vous la réponse ?


Je repasse son intervention dans ma tête pour pouvoir répondre. Mon mal de tête était terrible, tous mes sens sont brouillés.... un bug ?

Je décide donc de me lever, et essaye de camoufler ma douleur. Je suis obligé à plusieurs reprises de prendre appui sur les tables d'autres élèves. J'ai encore envie de me tenir la tête, mais je ne veux en aucun cas subir de nouveau une douleur aussi intense que celle que j'ai reçue précédemment. J'arrive au tableau en boitant. Oh mon dieu, ça doit-être tellement visible.

On m'a nommé Alexy Keynes.... je m'appelle Alexy Keynes.


On doit tellement me prendre pour un fou là. Comment les humains appellent ça déjà ? Le sentiment de honte ? Je saisis alors la craie, mais je sens alors que les chaînes se serrent et m'immobilisent presque. Je lâche une exclamation de douleur.


Je... je.... ne vois pas quel théorème utiliser, j'ai peut-être trop surestimé certaines de mes fonctionali.... capacités.


La douleur est omniprésente. Une goutte de sueur coule le long de ma joue. Je n'ai qu'une envie : retourner dans la salle de reprogrammation. Ma vision devient trouble, et c'est à peine si je peux encore distinguer la silhouette de la fille au regard perdu dans ses pensées de licorne. Étais-je déchargé ? Non, impossible, ma batterie est censée être à bloc... Je m'écroule, mais je m'accroche. Qui sait si on pourra me réveiller une fois endormi ? Je sens de nouvelles chaînes se former autour de mon cou. J'espérais une aide, mais que pouvais-je espérer d'humains qui venaient peut-être de s'apercevoir qu'un androïde était dans leur salle de cours ?



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Ven 24 Oct - 17:36





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Lonesome lost in loneliness »




Le garçon se leva, silencieux, s’avançant vers le tableau. Pourtant, quelque chose semblait ne pas aller. Il avait l’air souffrant, ses jambes semblaient ne plus le porter. Alexy Keynes... mais plus que sa façon de parler, le ton de sa voix était dérangeant. Cette sensation... si familière... la souffrance ? Mais, c’était quoi son problème à celui-là ? Il venait en s’incruster en cours et en à peine cinq minutes il n’était plus capable de tenir debout, qui serait assez con pour agir de la sorte ?!

« Je... je.... ne vois pas quel théorème utiliser, j'ai peut-être trop surestimé certaines de mes fonctionali.... capacités. »

Je serai les poings sur ma table, contenant mes émotions. Je me sentais mal. Même si préférai ne pas le montrer, voir les gens souffrir sous mes yeux... j’avais du mal à le supporter. Pourquoi ?... après tout, je n’y pouvais rien. Cet idiot, peu m’importe qu’il lui arrive quelque chose, non ?

Quelques secondes s’écoulent, lourdes, semblables à des heures. La silhouette tressaillit, tombe à genoux. Sa main reste accrochée au bureau du professeur, trop faible pour le supporter. Puis d’étranges serpents sombres rampent le long de son cou, resserrant leur étreinte. Les mêmes chaines que tout à l’heure.

Un bruit sourd. Une exclamation générale, un vent de panique. Le professeur prit la situation en main, secondé par les délégués de classe afin de faire évacuer le jeune homme inconscient. Des murmures inquiets circulaient déjà dans la pièce, discrets tout d’abord, avant que la voix ne s’élève et force le professeur à réclamer le silence. Ce n’était sans doute pas très grave, il n’y avait pas de quoi en faire un drame. Et puis, j’avais comme l’impression qu’ils étaient habitués à ce genre de situation, par ici...

« Ceux d’entre vous qui s’inquiètent pour votre camarade iront le voir à l’infirmerie pendant la pause, mais pour l’heure reprenons le cours. Exercice sept. »

Ainsi le calme reprit la place qui lui était due, et le ronron mathématique reprit de plus belle. Cet idiot nous aura à peine fait gagner cinq minutes sur l’heure, performance médiocre, ce n’était pas la peine de venir pour si peu. Je passai les dix dernières minutes du cours à noter machinalement les réponses écrites au tableau, l’esprit perdu au loin.

A l’heure de sortir en pause, je ne fis qu’à peine attention aux exercices donnés pour le prochain cours, rangeant simplement mes affaire et quittant la salle en silence. Du coin de l’œil, je pu voir un des délégués rester pour discuter avec le professeur, sans doute à propos de ce qui s’était passé. D’ailleurs je ne vis même pas venir l’autre déléguée qui m’abordait de l’autre coté, manquant de lui rentrer dedans par la même occasion. Légèrement étourdie, je secouai la tête avant de regarder la concernée de mon air morne habituel.

« Ah, Alizire... ça va, tu n’as pas l’air en forme ?
- C’est rien, juste fatiguée.
Ce que je répondais toujours, une sorte de réponse passe-partout pour les cas où on me demandait si j’allais bien. Après tout, ils ne s’y intéressaient probablement pas, c’était juste pour l’image. Mais avais-je seulement une raison de sourire, plutôt que se demander pourquoi je tirais cette tête ?... c’était une autre question.
- Tu peux en parler si tu veux, on est là pour ça tu sais. Ah, à propos du garçon tout à l’heure, Alexy... vous vous connaissiez ?
- Non, je ne l’ai jamais vu avant, pourquoi ?
- Apparemment, c’était un androïde, ce serait pas la première fois qu’il a ce genre de malaises. Il va bien, il se repose à l’infirmerie, si tu veux passer le voir. »

Tiens donc, et pourquoi voudrai-je aller le voir ? Les gens avaient du mal à comprendre à quel point les relations humaines pouvaient être compliquées pour moi. Fragiles, éphémères, blessantes... il m’avait apprit à quel point ce genre de choses était dangereux.

La déléguée s’éloigna, retournant parler à d’autres élèves, sans doute ses amis. Et moi, je continuais mon chemin à travers le couloir, lentement, tête baissée. Seule, et sans but. Où devais-je aller, à présent ? Je n’en avais aucune idée. Je ne voulais pas y penser.


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 26 Oct - 14:41




Je vois les yeux de l'élève fixés sur moi. Je sens qu'elle n'aime pas voir les gens souffrir, mais qu'au fond d'elle-même elle tienne à l'idée que j'étais qu'un idiot qui n'avait rien pu faire pour accélérer le temps de son cours. J'ai été certainement trop insolent avec elle, mais je voulais seulement me distraire, juste assez avant que cette douleur ne réapparaisse. Mais, je pense que je suis une personne attentionnée, j'ai seulement du mal à interagir avec les autres, les personnes sont si différentes. C'est lorsque je cède à la tentation de fermer mes yeux que je me rends compte que cette élève qui rêvassait en cours était elle aussi une androïde, je laisser échapper une dernière exclamation, mais trop tard, je tombe inconscient. Je sens que l'on me transporte. Mes pensées sont floues, je ne peux même pas me concentrer sur un seul sujet, même pas mon frère. Je sens mon « cœur » faire un bond. Je me réveille en sursaut.


Je tourne la tête plusieurs fois pour analyser l'endroit où l'on m'avait déposé. L'infirmerie bien évidemment. Je me sens léger, mon premier réflexe est de regarder mon poignet gauche, la chaîne se décompose, je peux entendre ses crépitements. Je pousse un soupir de soulagement. Tout d'un coup, mon objectif revint : je dois retrouver cette fille, j'ai tellement de questions à lui poser, et il est très peu probable que ce soir je travaille avec elle dans le même secteur. Je me lève, j'ai encore quelques difficultés à marcher, mais ce n'est rien comparé à ce que je ressentais tout à l'heure.

Je me dirige vers l'extérieur de l'infirmerie, quand je sens quelque chose vibrer dans ma poche. Sans attendre une seconde supplémentaire, je me rue sur mon téléphone, et à ma plus grande surprise, je peux apercevoir un message de mon frère. Je me fige un instant, le souffle coupé. Je commence à trembler. * Qu'attends-tu pour aller lui parler ? Tu as beaucoup de questions à lui poser non ? J'espère te revoir bientôt, Will. *

Un sourire ce dessine sur mon visage. Pas ce sourire moqueur que j'affiche habituellement, non, celui de la joie, la joie d'avoir des nouvelles de mon frère. Il est vivant. J'appuie sur « répondre », mais cesse aussitôt. Je presse le pas jusqu'à la sortie de l'infirmerie, pour retrouver celle qui pouvait avoir réponse à toutes mes questions. C'était la première fois que je rencontrais une personne androïde plus âgée que moi. Pendant les missions nocturnes, nous sommes soit seuls, soit avec des androïdes du même âge que nous.

Mon regard se pose partout dans le couloir, où pouvait-elle bien être ? Je bouscule assez brutalement quelqu'un. Lorsque je m'aperçois que cette élève que je venais de percuter était celle que je recherchais, je saisis sans plus attendre ses mains, et l'entraîne à l'infirmerie. Je devais y retourner, car je me doutais bien que les délégués n'allaient pas tarder à revenir me voir. Nous franchissons la porte, je m'assois sur le lit sur lequel j'étais allongé quelques minutes auparavant. Je ne trouve pas mes mots, j'ai tellement de questions à poser. Il fallait que je trouve un moyen de la retenir, car du peu que j'avais vu, elle est le type de personne a avoir mauvais caractère.



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Jeu 30 Oct - 14:22





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« You're wasting my time »




Tant de questions laissées sans réponse. Tant de rêves brisés avant même d’avoir commencé. Et malgré cela, nous persistons à aller de l’avant, pourquoi ? La vie semble vouloir à chaque occasion te détruire, alors pourquoi persister à l’aimer ? Moi aussi, j’aimerai avoir la réponse à ces questions...

Ce bruit, cette sensation d’isolement. Chaque pas que je faisais, la réalité semblait s’éloigner un peu plus. Je m’arrêtai face à une fenêtre, regard au dehors les étudiants traverser la cour intérieure de l’académie. Le temps était radieux, aujourd’hui. Qui pourrait soupçonner qu’en nos cœurs, une telle tempête se déchaine ?...

Soupirant, je posai la paume de ma main contre la vitre, libérant mon esprit de l’emprise de mes émotions. Pourtant, chaque fois que j’y repensais, c’était plus fort que moi. Peut-être parce qu’au fond, j’aimais cette sensation de désespoir qui me tourmentait ? Je n’en avais pas la moindre idée. Cela semblait si absurde... trop absurde pour être simplement un mensonge inventé. Je laissai alors échapper un nouveau soupir, le sac à mon épaule glissant le long de mon bras alors je relâchait les muscles de mon bras. Je l’attrapai alors de ce même bras, le serrant contre ma poitrine sans détacher mon regard de l’extérieur. Ces souvenirs... peut-être qu’ils me tourmentaient, peut-être qu’ils me détruisaient de l’intérieur, chaque jour un peu plus. Mais les renier, les oublier... cela m’était impossible. Car ces souvenirs... étaient ce que j’avais de plus précieux en ce monde où ils avaient disparu.

** Boum **

Impact. A peine l’avais-je réalisé que je me retrouvai projetée sur le côté, perdant l’équilibre et m’écrasant brutalement au sol. Ce n’était pas rare d’être bousculé dans ces couloirs, mais celui là y était allé un peu fort. Serrant les dents en me relevant, je levai les yeux vers le fautif pour lui sonner les cloches, seulement... Une seconde de latence, à peine. Surprise ? Du moins, la personne en profita pour me prendre la main et m’entraina à sa suite, sans même me laisser remettre mon sac sur mon épaule. Sac qui me glissa inévitablement des mains... et fut abandonné dans le couloir.

« Hé !... lâche-moi ! »

Mais rien à faire, le temps que je me ressaisisse et résiste à me faire entrainer, il m’avait déjà amené dans une autre salle. L’infirmerie ?... mais, c’était quoi son problème à cet idiot ? A peine se fut-il arrêté que j’arrachai ma main de la sienne, le foudroyant du regard. Il ferait mieux d’avoir une bonne explication à ses actes, celui-là... et je n’allais pas me priver de lui faire entendre ce que je pensais de son petit jeu. Le regardant s’asseoir sur le lit, je m’approchai de lui et l’empoignait par le col et l’obligeai à me regarder dans les yeux. Je n’étais pas très forte ni impressionnante, surtout face à des personnes de mon âge, mais j’entendais bien apprendre le respect à ce gamin.

« Explique-toi, je t’écoute. J’espère que t’as une bonne excuse pour me faire perdre mon temps. »

Ca, c’était dit. Parfois, j’avais du mal à réaliser comment je pouvais être lorsque je perdais mon sang-froid, quoique cela arrive rarement. Seulement, je n’étais pas d’humeur à ce genre de plaisanteries, et il l’avait sans doute compris. Maintenant, il était temps de faire face à ses actes.


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Lun 22 Déc - 21:54


Je remet en place ma cravate défaite par cette cinglée qui j'ai cru, allait m'étrangler.

Explique-toi, je t’écoute. J’espère que t’as une bonne excuse pour me faire perdre mon temps.

Bah dis donc, pour une senpai, on aura vu mieux en terme de douceur. Enfin, bon, je suis habitué à ce que les personnes soient rudes avec moi. On pense que les androïdes n'ont pas d'émotions, mais on est pas des robots ! Quand je suis allé dans la salle de classe, personne ne s'est douté une seconde que j'étais un androïde, même pas cette timbrée de la même espèce que moi ! Bon après mon malaise, c'est sûr que je dois éviter ce bâtiment à tout prix, le jour tout du moins.

Par où commencer... je dois faire du tri dans mes idées. Il n'était point prévu que je pose ces questions aujourd'hui. Hum... Je vais peut-être commencer par là. Ca tu le sais déjà, mais je me représente : Je suis Alexy Heddwyn Keynes, et je suis un androïde depuis à peu près un an. J'utilise comme arme une épée, et n téléphone qui me donne des conseils. Je peux également métamorphoser des chaînes grâce à celui-ci, mais le contrecoup est puissant; d'où mon malaise dans la salle de classe.

Je m'arrête quelques instants, essayant de poser les questions dans un ordre relativement chronologique. Je bafouille légèrement avant de prendre réellement la parole :

Je sais quelle est notre mission, donc il est inutile de focaliser l'attention sur cela. Mais je voulais savoir, est-ce-que chaque androïde à sa spécialité ? Tout le monde a un contrecoup aussi puissant ? Je sais que j'ai un pouvoir spécial qui me relie à mon frère; je n'ai pas mes fonctionnalités au maximum du fait qu'il ne peut pas m'aider actuellement. Mais chaque créateur rajoute sa touche personnelle ? Car je me sens vraiment différent des autres, c'est comme si j'étais.... presque humain.

Ca me fait bizarre de me confesser à quelqu'un, moi qui suis toujours resté dans l'ombre, à essayer de résoudre mes problèmes sans l'aide d'autrui. Je n'ai pas vraiment l'habitude de dialoguer avec les autres androïdes, ils sont en général froid, et ne me répondent pas. Alors je finis toujours pas m'en aller sans avoir de réponses à mes questions, tu parles de d'ainés... Par la fenêtre, j'aperçois une colombe. Cet oiseau, libre de faire tout ce qu'il souhaite, j'aimerai tellement être à sa place. Mais je me dis que sans mes ennemis, je ne serais pas là aujourd'hui. Je leur dois au moins ça.

Si cela ne tenait qu'à moi, je partirai d'ici avec mon frère. Mais c'est impossible... Je suppose que quand la guerre sera terminée, on nous désactivera jusqu'à une nouvelle menace... tu parles d'une vie...

Et voilà que je déprime. C'est pas le moment. Elle va me foutre un coup de poing, ou encore m'empoigner par le col parce que je suis dépressif... En même, temps cela m'amuserai.



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Mar 23 Déc - 18:11





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Why I am crying ? I don't understand... »




Au début, j’avais l’impression qu’il se foutait ouvertement de ma gueule. Il réagissait comme une victime, mais c’était moi qu’on avait trainé de force dans cette pièce sans aucune raison !... Remarque, c’était peut-être pas pour rien qu’il était tombé dans les vapes et avait été amené à l’infirmerie. Alors, je décidai de prendre mon mal en patience et d’écouter ce qu’il avait à dire. Je ne portais pas grand intérêt à ses aptitudes au combat, pas plus qu’au reste d’ailleurs. Un androïde... c’est ce que m’avait dit l’autre fille, tout à l’heure. Franchement dit, je ne m’y intéressais pas plus que ça, je savais juste qu’ils étaient censés nous protéger et que c’était déconseillé de leur chercher des noises pendant leur travail. La même que les flics dans ‘‘l’autre monde’’, je suppose.

Et puis, il se mit à parler de mission, et je l’ai complètement perdu. Un pouvoir spécial, un frère, et une sorte de complexe d’identité qu’il vivrait, ou je ne sais quoi. J’eus comme une décharge électrique en entendant ça, mon cerveau se mit à tourner au ralenti, n’arrivant plus à classer les informations. J’aurais voulu dire quelque chose, mais les mots s’emmêlèrent comme une pelote de laine dans ma gorge et ne voulurent pas sortir. Je fus prise de cette sensation bizarre... celle que je ne devrais pas être là, qu’il parlait à quelqu’un d’autre.

« Si cela ne tenait qu'à moi, je partirai d'ici avec mon frère. Mais c'est impossible... Je suppose que quand la guerre sera terminée, on nous désactivera jusqu'à une nouvelle menace... tu parles d'une vie...
- ... De... de quoi tu parles ? »

Au prix de grands efforts, j’avais enfin réussi à formuler une phrase. J’avais la tête qui me tournait, j’étais incapable de réfléchir de manière logique. En fait, il n’y avait pas de logique dans ce qu’il me disait. Mais en même temps, il avait l’air triste, presque dévasté.

« Je n’y connais rien aux androïdes, je suis qu’une humaine normale moi... »

Ce genre d’état était anormalement communicatif sur moi. On dit que certaines personnes peuvent vous faire sourire par leur simple présence. Eh bien moi, j’attrapais le cafard simplement en parlant à un dépressif. Et comme je n’étais pas trop de bonne humeur à la base... en fait, cela devait déjà se lire clairement sur mon visage, que je n’étais pas à l’aise. Pas les larmes aux yeux, mais c’était pas loin.

Ne tenant plus, je me laissai tomber silencieusement sur le lit, joignant mes mains sur mes genoux. Un peu plus et mes jambes allaient lâcher, je crois bien. Que faire, dans une situation pareille ? Le mieux, c’était surement de l’écouter. Même si je n’étais personne, que je n’avais pas plus de pouvoir qu’une autre – au fond, j’étais même la plus inutile qu’il ai pu trouver... hahaha. Et puis, il avait coupé court à toute envie de faire quoi que ce soit d’autre en moi. Saloperie...


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Ven 26 Déc - 0:07


A la fin de mon récit, je me rends compte qu'elle était complètement perdue.

.. De... de quoi tu parles ?

Je suis d'abord choqué, et j'ai envie de lui dire qu'elle était aussi un androïde. J'avais ça dans mon système. Quelque chose qui me permettait de reconnaître mes semblables, seulement, je n'en ai qu'à moitié conscience. Je me tais. Si elle n'a aucun souvenir de son "existence" en tant qu'androïde, je risque de l'effrayer en essayant de la convaincre qu'elle en est un.


Mais, j'avais l'air complètement idiot de lui avoir balancé tout ça à la figure ! Je l'ai même appelé "ainée", je ne sais vraiment plus quoi faire... Si je lui dis que je pensais qu'elle était androïde, elle me frappera à coup sûr. Mais si je me tais, elle va se poser encore plus de questions. Pour tout dire, je voudrais me taire, mais je vais choisir la première option, pour sa sécurité, car si on lui a retiré une partie de ses souvenirs, c'est qu'ils ne doivent plus revenir.

Je n’y connais rien aux androïdes, je suis qu’une humaine normale moi...

La pression monte. Je peux sentir mon cœur artificiel battre à une vitesse suffisante pour m'épuiser. Pourquoi ai-je l'impression d'être le seul androïde "humain" ? Elle s'est différent, on a effacé ses souvenirs d'androïde, donc forcément elle pense être humaine. A la limite de devenir fou, car je pensais sincèrement la poignarder pour lui montrer que son organisme n'était pas comme celui qu'elle pensait avoir, je me retiens. Pourquoi je ressens des émotions comme celles-ci ? Mes larmes montent. Comme si tous mes espoirs s'étaient brisées en quelques paroles. Non, tous mes espoirs se sont brisés avec ces quelques paroles.

Je...

Je me tourne vers elle alors qu'elle aussi était dans un état pitoyable. Je pose mes mains sur ses épaules et lui dit :

Je ne voulais pas te perturber à ce point, pardon... Je pensais que tu étais une androïde, mais j'ai certainement dû me tromper, je suis vraiment désolé...

Je me lève, fais quelques mouvements pour avoir la certitude d'avoir retrouvé toute ma mobilité. Le ciel s'assombrit, pour m'indiquer que le devoir m'appelait. Je sens mes yeux changer de couleur en guise de signal. Un frisson parcours mon corps. Cette légère angoisse qui m'envahit, par la crainte d'une défaite. Je lui tends la main pour la relever, histoire que je me fasse violenter, si ça pouvait lui remonter le moral.


Je ne dois plus trop tarder. Et puis je pense que tu en as assez de ces conneries, je me trompe ?



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Sam 27 Déc - 15:52





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Never give you up. »




Je tressailli, surprise par ce contact sur mes épaules. Je ne savais pas que les androïdes pouvaient dégager cette chaleur humaine, cette force tranquille si rassurante... Mais lui, il gâchait tout avec ses excuses maladroites, il n’assumait pas ce simple geste.

Un instant, j’ai pensé qu’il pouvait être comme moi. Une âme solitaire, perdue ce dédale de désespoir dont on ne pouvait se sortir seul. Je le savais, c’était cette même tristesse qu’il laissait transparaitre dans sa voix presque tremblante... Mais je savais aussi que je ferai mieux de ne pas m’en mêler, au risque d’aggraver la situation. Au finale, cela ne changeait rien. Je restais une simple observatrice, incapable de la moindre action. Cette impuissance, j’y étais habituée maintenant, depuis bien longtemps. Trop longtemps, peut-être...

Enfin, il se leva, faisant quelques pas dans la pièce. Moi, je restai le regard vide, rivé sur le plancher poussiéreux de l’infirmerie. J’entendis ses pas s’arrêter, puis se rapprocher. Une main tendue s’immisçait dans mon champ de vision. Je relevai alors la tête, croisant le regard d’Alexy. Qu’essayait-il de faire ? Je lui faisais tant de peine que ça à voir ?... qu’il s’occupe de ses problèmes, tssh.

« Je ne dois plus trop tarder. Et puis je pense que tu en as assez de ces conneries, je me trompe ? »

J’eu un sourire vague, éphémère. Il se foutait de ma gueule, et bien comme il faut. Oh, j’y étais sans doute pour quelque chose. Je lui avais donné espoir, cet espoir que j’avais déchiré devant ses yeux comme une simple feuille de papier. Même si je n’en avais eu conscience qu’après coup, même si cela n’avait jamais été mon intention... je ne pouvais pas nier cette responsabilité, après tout. Mais ces ‘‘conneries’’ comme il le disait, je ne pouvais pas le laisser les appeler ainsi.

« Je déteste les gens qui abandonnent leurs idées en cours de route. Alors maintenant, j’te suis jusqu’à c’que t’ai craché le morceau, et j’te demande pas ton avis. »

Mon regard devenu plus ferme et inflexible, je m’étonnai presque du ton sérieux que j’avais pris subitement. Bondissant alors sur mes pieds, je poussai sa main hors de ma route sans ménagement. J’étais décidée, je ne le laisserai pas filer. Je ne savais pas quelle mouche m’avait piqué, mais au fond de moi, la raison semblait comme évidente. Appelez ça une intuition, ce que vous voulez. Mais cette volonté, rien ni personne ne pourrait l’ébranler.

... Sauf que, j’avais oublié quelque chose de très important. Je sentais cette légèreté, comme si une de mes entraves avait lâché, ce n’était pas normal. Je regardais autour de moi, cherchant un signe quelconque, un indice...

« ... Argh, mon sac ! Bon, j’pars devant, à tout’. »

Et sans perdre une seconde plus, je pris la porte et disparu dans le couloir, en coup de vent. J’avais du le faire tomber quelque part quand il m’a entrainée, j’étais certaine de l’avoir avec moi en sortant de classe. Ah, je me sentais un peu stupide de le réaliser seulement maintenant, mais c’était un peu de sa faute aussi, alors je pouvais garder bonne conscience à lui remettre la faute sur le dos. Haha, c’est quand même salaud de ma part... je m’demande s’il va m’attendre ?... Ca aurait été drôle, tiens. Je n’y croyais pas vraiment, mais au fond, j’avais surement l’espoir qu’il le fasse, si cela me venait à l’esprit. Enfin, peu importe. Je retrouve mon sac et je le rejoins, s’il n’est pas là je le retrouverai. Hors de question d’avoir parlé dans le vide, ça non !


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Sam 27 Déc - 17:56



Je déteste les gens qui abandonnent leurs idées en cours de route. Alors maintenant, j’te suis jusqu’à c’que t’ai craché le morceau, et j’te demande pas ton avis.

Alors elle insiste... Je ne suis pas particulièrement vexé lorsqu'elle repousse mon bras. Après tout, c'était un peu le but de mon geste. Je suis prêt à me mettre sur le départ pour lui montrer quel était mon devoir, mais je m'interrompe.

... Argh, mon sac ! Bon, j’pars devant, à tout’.

Je ne sais même pas ce qu'elle attend de moi. Je lui ai pourtant déjà dit tout ce que j'avais à dire. J'ai même dit ce que je pensais à propos de sa race. Si elle veut que j'essaie de la convaincre qu'elle est une androïde, qu'elle continue, mais qu'elle ne s'étonne pas et ne m'envoie pas un coup de poing à la figure si je lui explique ma théorie. Ou tout simplement voulait-elle savoir ce que faisait un androïde durant la soirée. Si ça peut lui rafraichir la mémoire, pourquoi pas, mais je n'y tiens pas tellement.

Je sais que c'est de ma faut si elle a égaré son sac. Je veux bien aller le chercher, mais elle l'aura trouvé avant moi, et rechignera lorsqu'elle me verra alors que j'étais supposé l'attendre. Je m'assois donc dans le lit dans lequel on m'a déposé auparavant, et sors mon téléphone. Pour la première fois, j'y écris ce que j'ai vécu durant cet après-midi. Elle en met du temps. Je sens une légère pression à l'intérieur de moi. Le devoir m'appelle à présent.

J'aperçois son ombre dans le couloir, et je presse le pas pour la rejoindre.
Je ne sais pas réellement ce que tu attends de moi pour être honnête. Je croyais t'avoir tout dit... A moins que tu veuilles en savoir plus sur mon espèce, même si j'étais convaincu que ça ne t'intéressais guère.

Je mets mes mains dans les poches, et regarde à l'extérieur.
Commençons par le commencement veux-tu ? Je dois aller chercher mon arme dans la salle de rechargement, je n'avais pas prévu de m'évanouir en plein milieu de la journée.

Je pars donc devant, sachant qu'elle n'aime pas qu'on lui attrape le bras ou quoi que ce soit. Je descends une multitude d'escaliers, et après une longue marche, nous arrivons devant la porte de la salle de rechargement. J'hésite un peu avant de presser la poignée. En entrant je vois mon katana sur une table. Cette salle avait une autre porte qui permettait de rejoindre la salle pour la modification du système interne des androïdes. On pouvait voir ce qui s'y passait car la porte était dotée d'une petite vitre. Je prends mon arme, et m'adresse à l'étudiante.

Viens voir un instant. Tu vois dans cette salle, l'androïde allongé aux cheveux blonds, c'est mon frère. Ca fait une éternité qu'il est là-dedans, et pour être franc, je ne sais pas s'il s'en sortira.

Une des personnes présente dans la salle où se trouvait mon frère, me fait signe de partir. Je fronce les sourcils, et prends un air menaçant. La personne prend un outil tranchant et le pointe, ce qui veut grosso-modo dire : Tu déguerpis pas, je tue ton frangin.

Tchh...

Je tourne les talons et sors de la salle.
Maintenant, je dois aller dans la cour, c'est ici que je dois veiller ce soir.



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 28 Déc - 23:20





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« That strange feeling... »




L’air sifflait sur mon passage alors que je traçai ma route à toute allure dans les couloirs. Il n’y avait pas trop de monde pour bloquer le chemin aujourd’hui, j’étais plutôt contente. Ca me faisait moins de personnes pour me prendre pour une folle à courir si vite. J’étais pas conne non plus, j’entendais bien c’qu’ils racontaient dans mon dos. Toujours deux d’tension, pas vraiment motivée, le genre de personne qu’on a laisse de côté parce qu’on veut pas trop se fouler à les comprendre.

Enfin bref, c’était pas le sujet. Je fus plutôt rassurée de retrouver mon sac au pied de la fenêtre, personne n’y avait touché. J’aurais eu l’air bête si quelqu’un l’avait ramassé pour le donner à l’accueil, mais d’un autre côté, ça ne faisait qu’une dizaine de minutes. De toute manière, tant que personne ne posait ses pattes sur mes affaires, ça m’allait. Je pris donc mon sac sur mes épaules et entrepris de faire le chemin inverse, au pas de course tout d’abord, puis ralentissant un peu l’allure, gênée. Je n’étais pas fatiguée ou quoique ce soit, j’en avais vue d’autres. Mais bon, les bruits de couloir, j’avais beau dire, ça m’ennuyait un peu quand même. Et me dire que je courrais pour ne pas faire attendre un garçon, dans le principe, ça me faisait chier. Heureusement que personne n’est assez perspicace pour lire entre les lignes ici, ça ferait beaucoup de témoins à faire taire... haha.

Mais bon, c’était pas une raison pour le faire trop attendre non plus. Résolue, je pressai un peu le pas, arrivant rapidement au niveau de l’infirmerie. Lui était déjà sur le pas de la porte, prêt à partir. Il vint à ma rencontre, l’air assez pressé. Quoi, c’était si long que ça ?

« Je ne sais pas réellement ce que tu attends de moi pour être honnête. Je croyais t'avoir tout dit... A moins que tu veuilles en savoir plus sur mon espèce, même si j'étais convaincu que ça ne t'intéressais guère. »

Un soupir, c’est tout ce que je trouvai à répondre. Il avait vu juste dans le fond, je ne m’intéressai pas vraiment à ce qu’il m’avait raconté, pas plus qu’aux spécificités de son... ‘‘espèce’’. Mais alors, il ne me faisait vraiment pas confiance ? J’avais moi-même du mal à comprendre ce qui l’avait poussé à vouloir me parler, si ce n’est qu’il m’avait ‘‘confondu’’ avec une autre... c’est tout ce que j’en savais, du moins. Par contre, je l’avais quand même un peu rembarré – un peu sèchement, je dois l’avouer – et ça n’avait pas l’air de l’avoir choqué plus que ça. Rien que d’y penser, ce simple constat ne donnait guère l’envie de pousser le raisonnement un peu plus loin...

« Commençons par le commencement veux-tu ? Je dois aller chercher mon arme dans la salle de rechargement, je n'avais pas prévu de m'évanouir en plein milieu de la journée.
- Mmh, j’te suis. »

J’ai légèrement sursauté au moment où il parla d’aller chercher son arme, c’est vrai. Il m’avait parlé d’une épée tout à l’heure, j’étais plutôt curieuse de voir quel genre de lame il pouvait bien manier, mais ça me faisait un peu peur aussi. Pas le genre de peur qui vous fait trembler et vous tétanise, non, plutôt de celle qui vous stimule, qui impose le respect.

Les androïdes sont les gardiens de l’ombre ici. Ils veillent à la sécurité, que tous puissent vivre ensemble sans aucun incident. C’est grace à leur travail qu’il fait bon vivre à Another.

Ca, c’était la façade. L’envers du décor était sans doute moins joli à voir. Ca ne m’avait pas trop traversé l’esprit jusqu’alors, mais c’était tellement évident dans notre monde que cela ne déclenchait plus la moindre surprise en moins. Une pointe de tristesse, peut-être...

Nous descendîmes quelques escaliers, pendant que j’étais encore un peu dans le brouillard. Le crissement d’une porte métallique s’ouvrant me tire de mes rêveries, alors que nous entrons dans une vaste salle mal éclairée. Je laisse alors Alexy s’éloigner pour récupérer ses affaires, restant un peu à l’écart pour observer l’environnement.

... Non, je n’étais jamais venue ici. Aurai-je pu l’oublier ? Pour tout avouer, j’ignorais totalement s’il était réellement possible d’effacer toute trace d’un souvenir dans notre mémoire, qu’on soit humain ou androïde. La matière garde toujours une cicatrice, quelque part, de tout ce qu’on y inscrit. Je n’avais aucune connaissance pour le prouver, certes, mais c’était ma conviction. Un peu ce livre qui gardait trace de chaque instant présent.

« Viens voir un instant. Tu vois dans cette salle, l'androïde allongé aux cheveux blonds, c'est mon frère. Ca fait une éternité qu'il est là-dedans, et pour être franc, je ne sais pas s'il s'en sortira. »

Une éternité... Je n’ai pas osé lui demander depuis combien de temps il était là, le ton vaguement mélancolique de son voix m’en avait dissuadé. Il avait l’air de vraiment y tenir, à son frère. C’était bien. J’espère qu’il se réveillera, et que leurs vœux pourront se réaliser.

Partir loin d’ici... hein ? La fuite, tu parles d’un destin. Je remarquai une personne qui travaillait, de l’autre côté de la vitre. Elle nous faisait signe de déguerpir, en venant même au menaces. Je n’avais pas prêté attention à la réaction d’Alexy, mais je n’en avais pas besoin. Ce froid qu’il laissa sur place, lorsqu’il tourna les talons pour s’en aller parlait pour lui. Il me dit qu’il devait aller dans la cours, que c’était là qu’il avait été assigné ce soir. Mais je restai sur place, comme une statue de marbre. Fixant l’autre qui s’en était retourné à son travail. Il m’avait dévisagé un instant, puis s’était totalement désintéressé de moi après avoir vu l’autre s’en aller. Je sentis un frisson glacial me remonter lentement le long du dos, gelant tous mes muscles. Ca, c’était une sensation que je connaissais bien. Un mauvais pressentiment.

« ... Je vais rester un peu ici. »

Je n’avais pas voulu mon ton si froid, mais finalement, c’était mieux pour couper à toute protestation. J’avais besoin de rester un peu seule.

Je n’étais pas venue ici auparavant, j’en étais certaine. Mais quelque part, l’impression que dégageait cette pièce m’était... familière. Je voulais savoir ce qu’on faisait ici, à quoi rimait cette salle si ridiculement grande au sous-sol de l’académie. Ce n’était peut-être même pas la seule, qui sait... Pour être honnête, je ne savais pas ce que j’espérais comprendre en restant ici. C’était surement de la curiosité malsaine, rien de plus...


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Lun 29 Déc - 20:32




... Je vais rester un peu ici.

Je me stoppe un instant. Si elle le souhaite. Je pense savoir pourquoi elle désir rester quelques minutes de plus. Peut-être m'avait-elle crue lorsque je lui ai parlé du fait que je pensais qu'elle était androïde. Je lâche un soupir de soulagement, et je lui souris.


Pas de soucis, tu sais où me trouver de toute manière.

Je prends mon épée, et sors de la salle de rechargement. Je prends la direction de la cour, attendant patiemment les potentiels ennemis de cette nuit. Pour le moment, il n'y a rien à signaler. Je m'assieds sur les marches, tout en restant méfiant. L'ennui m'attrape rapidement. Je dégaine mon épée et effectue quelques entraînements.


Un, deux et trois... Un, deux et tr... Ah ?

Je vois une sorte de chien tout à fait normal s'approcher. Bien évidemment, ce n'était qu'une apparence pour rentrer plus facilement dans l'enceinte de l'académie.


Dis donc toi, tu espérais peut-être passer inaperçu ici ? T'as-t-on déjà dis que les androïdes étaient plus futés que ça ?


Le "chien" me montre ses crocs. * Tu me fais pas peur, n'essaie même pas... Ton créateur doit-être nouveau dans le métier, car dans deux, trois coups tu es fini. * Je pointe la lame de mon épée vers lui. * Je ne dois pas utiliser mes chaînes, je ne dois pas utiliser mes chaînes, objectif enregistré* Le chien s'élance vers moi, mais j'esquive facilement son attaque. Je pivote, et cours vers lui tout en lui causant des dégâts. Je peux voir que certains élèves traînent dans la cour, et ont l'air impressionné.


Hmm... Je suis désolé pour toi, mais je vais devoir en finir assez vite, sinon, je crains l'attroupement dans cette cour....

En même temps, quelle idée de placer un androïde dans une cour en tout début de soirée ? Bon certes, il y avait bien des ennemis, mais s'ils m'avaient ordonné d'aller sur le toit, j'aurai juste eu à sauter, et à le trancher en un coup. Le chien me prend par surprise, et me met au sol. L'épée tombe sur le sol goudronné, mais j'achève le chien d'un coup de poing sur le museau. Mon poing gauche est ensanglanté, et je déteste la sensation de ce liquide sur ma peau d'androïde. Oui, ma peau, n'a pas la même texture que celle d'un humain. Mais bien sûr, ce n'est pas le cas de tous ceux de mon espèce.


Je secoue mon bras pour me débarrasser de ce sang, mais en vain. Je sens la présence d'un nouvel intrus, mais je n'ai pas le temps de m'emparer de mon katana que l'ennemi me balaye sur le sol, et me tord la cheville en même temps.


... ghh ... Pas.... encore...


L'ennemi se met sur moi pour m'immobiliser, et tente de me couper la respiration. Je me débats, essayant de déséquilibrer la bête, mais rien n'y fait. Pas le choix, j'utilise mes chaînes de nouveau, et étrangle ma proie. Je me relève, et boîte jusqu'à mon katana, et le reprends. Pourquoi je sens très mal ce qui va suivre ? J'envoie un message à mon frangin, pour essayer d'envoyer des signaux à cette élève restée dans la salle de rechargement.


Vite....



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Mer 31 Déc - 19:19





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« Let the real fight begin »




Alexy quitta la pièce, fermant la porte derrière lui. Quelques secondes encore, j’entendis ses pas faire écho dans le couloir depuis l’autre côté du mur. Et enfin le silence revint...

Je fis quelques pas, scrutant les ténèbres tapies dans les recoins de la pièce. Il y avait des tables, des instruments de laboratoire tous plus étranges les uns que les autres, de grandes rangées de casiers le long des murs. Pourtant, l’impression de vide quelle dégageait était écrasante. En fait, elle étant vraiment vide. J’aurai été bien embêtée de devoir évaluer sa superficie, mais nul doute qu’elle n’aurait rien eu à envier à une grande maison si on avait pris la peine de l’aménager convenablement. Reste que... elle me mettait vraiment mal à l’aise.

Avançant avec prudence, je laissais trainer mon regard un peu partout. Il n’y avait pas grand-chose d’intéressant à trainer sur les tables – pas grand-chose du tout d’ailleurs. Je m’approchai des casiers, tentant d’ouvrir l’un ou l’autre, au hasard... mais rien, ils étaient tous fermés à clef. Pour le coup, si un idiot du dimanche avait pu paumer son passe-partout dans le coin, ça m’aurait bien arrangé. Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien planquer là-dedans ?

Abandonnant l’idée après quelques autres essais sans grand espoir, je finis par l’approcher de la vitre. L’homme de tout à l’heure n’était plus là, il avait du sortir par une des autres portes au fond. Vérifiant qu’il n’y avait toujours personne, je fixai un instant le visage de l’androïde endormi.

C’est à ça qu’il ressemble, ton frère ?... Quelque part, j’avais de la peine pour lui. Cette salle sombre et froide n’avait rien d’un hôpital, c’était au mieux un laboratoire secret où on ferait des expériences pas vraiment avouables au public. Un être humain ne serait pas traité comme ça... ou du moins, ne devrait pas être traité comme ça.

** CLANG CLANG CLANG **

Vive comme l’éclair, je me tournai vers l’origine du son. Rien, seulement les ténèbres, encore toujours.


** CLANG CLANG CLANG **

Cette fois-ci, je sursautai pour de bon. Mais il est où l’abruti qui s’amuse à jouer avec mes nerfs, à la fin ?! De toute manière, je n’avais pas plus d’arme sous la main que d’aptitude nécessaire à en manier. Au final, c’était peut-être mieux de prendre l’avertissement au service et me tailler d’ici...

** CLANG CLANG CLANG **

« Rho mais ta gueule ! »

Calme-toi, ça ne sert à rien de s’énerver... Oui mais, mais, mais... ça fait mal aux oreilles ce truc, arrête ! Et d’où il vient au juste... des casiers ?

** KLA - CLANG **

Ah non, bouche d’aération, autant pour moi. Je restai perplexe quelques secondes, ne sachant pas comme réagir. La grille ayant volé et raclé le sol dans un bruit strident, un petit animal pelucheux sortit du conduit, me dévisageant avec des yeux tout mignons. Sa démarche bancale aurait pu être comique dans un autre contexte, mais elle ne faisait qu’éveiller un peu plus ma méfiance. C’est un piège ce truc, ou... ?

« T’es qui, toi ?
- Bêêêêêêh !... *krrrkr* ... l’ai... de... *krkrr* »

A travers le bruit de friture, je pouvais déceler une voix... enfin, ce qui devait être la synthèse d’une voix très mal foutue. Et il demandait de l’aide... sauf que j’étais pas technicienne du son moi, j’y pouvais pas grand-chose.

« M... fr... *krrr* aid...
- Je peux rien pour toi m... Alexy ? »

Je me retournai à nouveau vers le corps inanimé de celui qu’il appelait son ‘‘frère’’. Il dormait toujours... mais alors, qui contrôlait cette espèce de peluche bizarre ? Il n’avait pas fait allusion à ce genre de pouvoirs. Je ferais mieux d’aller retrouver Alexy, c’est plus sûr. Mon sang ne faisant qu’un tour, je couru prendre le petit mouton en peluche dans mes bras et sortis de la salle, claquant la porte en fer derrière moi. Il y avait une sacrée pelletée de marches à gravir pour sortir d’ici, je n’aurais pas cru en descendant. Mes jambes me firent rapidement souffrir un peu, mais il en fallait plus pour me stopper. Et puis, je voulais mettre le plus de distance entre ce lieu et moi, instinctivement. Dans mes bras, le petit mouton continuait avec ses bruits de friture, entrecoupés par moment de messages à peine compréhensibles.

* * * * *

Enfin, je débarquai dans la cour. A peine fus-je dehors que le froid du soir me saisit, mordant. Je serrai un peu plus la peluche contre ma poitrine, essayant de me tenir chaud. Maintenant, il me fallait trouver l’autre idiot... tiens, le mouton s’est tut. T’aurai pu m’indiquer une direction au moins, c’était bien la peine que j’t’emmène...

Et puis soudain, mon sang se glaça, et je sus instantanément. Il se passait un truc louche pas loin, et les problèmes allaient tomber. Il y avait un attroupement au loin, à l’autre bout de la cour, et ce n’était pas rassurant. Gardant mon calme, je laissai mon sac glisser de mon épaule – y glissant le petit mouton pelucheux au passage – et le pris par la bretelle, faisant quelques moulinets avec. C’était ridicule comme arme, mais c’était mieux que rien. Si ça me donnait une chance de faire une attaque critique en prenant l’initiative, c’était bon à prendre.

... Ou j’étais juste parano et j’allais perdre toute crédibilité dans trois secondes. Mais au moins, dans les deux cas, j’serai en vie, eh. Inspirant profondément, je me fis taire mes doutes et avançai furtivement dans l’ombre, m‘approchant le plus près possible.

Je trouvai refuge dans l’ombre d’un arbre, à peu près à 300 mètres de l’affrontement. Ils étaient trois, des chiens errants ou quelque chose du genre. Deux rodaient autour d’un autre, qui semblait tenir tête un étudiant mal en point.

Alexy !

Je n’y voyais pas beaucoup dans l’ombre, mais je discernai assez précisément la position des ennemis, c’était déjà ça. Des chiens errants, c’était pas grand-chose, j’avais mes chances. Puis bon, c’était pas ça qui me ferait peur, ma Yuki les aurait bouffés tout crus. Mais avec mon sac, je pouvais tout juste les sonner trois secondes, il me fallait une arme. Son arme...

Décidée, je pris une impulsion et me propulsait à découvert, analysant la situation. Si je prenais son épée, ça serait terminé en un tour de main. Enfin, j’espère, parce que j’ai jamais manié ce genre d’arme – même d’arme tout court d’ailleurs.


A peine lancée, j’avais déjà attiré l’attention des deux gardes. Seulement, ils avaient mis quelques secondes à réagir, et ça, c’était déjà beaucoup trop. L’un d’eux se lança sur moi, tous crocs dehors. Mais je ne me démonterai pas, je ne plus hésiter ! Alors, mon sac pendant toujours au bout de mon bras, je pillai pour prendre une position d’équilibre, puis lui projetai son poids droit sur le museau. Celui-ci fut touché de plein fouet et mangea le gravier, roulant à terre entrainé par son élan. Et de un, au suivant !

Je repris une inspiration, et ma course vers l’arme. Mais elle était bien gardée, l’autre bête ne l’avait pas quittée. Rha, mais depuis quand à ça réfléchit ces saloperies ! Bon eh bien, on va devoir rentrer dedans, pas le choix. Je me ruais alors dessus, l’assaillant de coups visant la tête. Mais il n’attaquait pas, il restait sur la défensive. Je fis un pas en arrière, mettant de la distance entre nous. S’il attendait l’ouverture pour m’attaquer, j’étais foutue, et j’en étais consciente.

« Va chier, j’te laisserai pas m’avoir !
- Grrrr... »

Ouais, tu peux grogner, ça y changera pas. Tu vas apprendre ta place, le cabot...

Mais je n’avais pas le temps. Si l’autre revenait à la charge, j’étais morte, ça revenait au même. Il me fallait cette lame, et je n’avais pas le temps pour parlementer. La seule chose qui me sauverait... c’était un coup d’éclat.

Un sourire provocateur se dessinant sur mes lèvres, je fis un pas en avant. Le chien n’apprécia pas et se mit à grogner de plus belle, mais je savais qu’il avait compris. Il était foutu, et il le savait. Alors il saisit sa seule chance, celle d’attaquer le premier. Et malheureusement pour lui, mon sac vint le cueillir en plein élan, bloquant son assaut ; alors je saisis ma chance. Pivotant, je lui décochai un coup de pied latéral en plein dans la mâchoire, l’envoyant rouler hors de ma route. A vu de sa réaction, j’avais du lui casser plusieurs dents... qu’il ose se relever, voir. J’en profitai pour ramasser l’arme, me tournant vers l’androïde.

« Et ça se dit gardien d’la nuit... Tiens le coup, merde ! »

Il avait l’air mal en point, suffisamment pour ne plus pouvoir bouger correctement du moins. Mais j’étais essoufflée aussi, et les précieuses secondes perdues à reprendre mon souffle permirent aux deux autres de m’acculer. J’étais armée à présent, certes, mais ils étaient deux sur moi là, c’était pas la même. Je me mis en garde, agitant la lame pour jauger sa légèreté et évaluer la meilleure façon de frapper. J’avais réussi à me placer dos au mur pour éviter qu’ils ne passent derrière moi, mais cela signifiait aussi que je ne pouvais plus reculer. Et chaque fois qu’ils me tournaient autour, chaque seconde qui s’écoulait, l’étau se resserrait un peu plus. Et évidemment, personne allait nous aider, je suppose. Tsseh !

Calme... garde ton calme. Attends ton heure... et frappe.


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexy H. Keynes
Like a robot, night guardian
Like a robot, night guardian
avatar

Messages : 129
Age : 18
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Présente mon capitaine ! ♦

Fiche d'identité
• Pouvoir: Chaînes de Distorsion

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Mer 28 Jan - 20:15


Je suis désolée pour Alizire qui doit subir tout ça à ma place. Peu importe si je devais souffrir avec ces putains de chaînes, c'est mon devoir de protéger Another, et non le sien. Je tente tant bien que mal de me relever, essayant de dissimuler la douleur que je ressentais. Je prends mon téléphone qui pour mon plus grand bonheur n'avait subi aucun dégât. Je vois au loin un minuscule mouton accompagner Alizire. Je souris et dit d'un ton posé :

Alors tu as réussi ? Même si ce n'est qu'un contact indirect, j'ai l'impression que ta forme physique est en ce moment présente.

Je dois absolument rejoindre l'élève, mais par quel moyen ? Ces créatures rodaient tout autour de moi. Je viens d'avoir une idée, même si elle ne m'enchantait guère. *Je vais devoir jouer au gamin, que c'est puéril de faire ça...* Je fais apparaître des chaînes en tourbillon, et m'assois entre-deux. Je les fais balancer par la télépathie, jusqu'à les faire tourner, et à me propulser près de l'être que je dois protéger.

Je prends une barre de fer au passage, qui vient de je ne sais où d'ailleurs.


Tiens prends plutôt ça ! Contrairement à ce que l'on pourrait penser ça peut être très efficace. Alors que mon épée, bien que tu es une très bonne maîtrise pour une "humaine", il vaut mieux la laisser à son propriétaire. Bon que... euh... merci de m'avoir sauvé... C'est un peu barbant de dire ça lorsque l'on est de mon espèce, mais sans toi, on m'aurait regardé mourir impuissant. Alors, c'est à moi de te protéger malgré mes blessures, ça te va ?

Sans perdre une seconde, je saisis mon katana et lui donne la barre. Ils vont morfler ceux-là. S'en prendre à une androïde à la mémoire erronée, c'est vraiment pas cool... Ma main gauche est destroy, mais bon, elle peut tenir quelques coups encore avant de faire un dysfonctionnement digne de ce nom. Cependant, je ne dois pas trop me lâcher, sinon, c'est la remise à niveau pendant 2-3 semaines. C'est vrai que deux contre un mur, plus deux cabots qui nous veulent en guise de dîner, c'pas cool comme situation. Je sais pas si ça aime la ferraille ces machins mais je pense qu'avec la barre d'Ali' ils vont en bouffer.

Tout bêtement, on prend celui qui est en face de nous nan ? Ah moins que tu sois trop épuisée pour combattre, Alizou' ?

Je lui fais un clin d'œil. Il n'y aurait pas ses chiens autour, j'irai lui tapoter sa tête toute ronde. 'fin bref. Je m'attends à une des pire représailles de ma vie. Je ne suis plus à ça près de toute façon.



Alexy Theme Memories

Autre vava' ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alizire Eclarey
Petit Poney & Modo
Petit Poney & Modo
avatar

Messages : 214
Age : 23
Lien de ta fiche :
Disponibilités : Telle une étoile, tous les soirs je brille pour toi ♥

Fiche d'identité
• Pouvoir: Summer Memories

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Ven 30 Jan - 21:03





ιℓ єтαιт υηє ℓι¢σяηє...

« We're all okay... are we ? »




Deux contre un. Mon cœur battait à tout rompre, faisant un boucan de tout les diables. J’avais la pression de ma vie en jeu, c’était pas rien, mais je ne voulais pas y penser. Ce n’était que des chiens, ma Yuki les aurait déjà bouffés si elle avait été là. Ils aboyaient trop, jamais ils ne pourraient mordre. Allez... approche encore un peu, juste d’un pas.

Maintenant ! Une impulsion, une seule, c’était tout ce dont j’avais besoin. Mon corps bascula vers l’avant, mes jambes se fléchirent. Ne pense plus à rien, retiens ton souffle...

« ... ! »

Soudainement, le tintement des chaines résonna dans la nuit, et mes cibles esquissèrent un mouvement de retrait. J’ai vraiment flippé sur le coup, mais j’ai pu me ressaisir juste à temps, déviant ma course sur le côté avant de la stopper. C’était Alexy... il avait bondit sur le champ de bataille, une barre de fer à la main. Ce n’était pas un sabre, mais c’était largement suffisant face à ce genre d’adversaire.

« Tiens prends plutôt ça ! Contrairement à ce que l'on pourrait penser ça peut être très efficace. Alors que mon épée, bien que tu es une très bonne maîtrise pour une "humaine", il vaut mieux la laisser à son propriétaire. Bon que... euh... merci de m'avoir sauvé... C'est un peu barbant de dire ça lorsque l'on est de mon espèce, mais sans toi, on m'aurait regardé mourir impuissant. Alors, c'est à moi de te protéger malgré mes blessures, ça te va ? »

Il me tendit la barre, ne me laissant pas vraiment le choix. J’étais un peu hésitante, mais sa cheville avait l’air d’aller bien. ...Non, il se forçait. Malgré la douleur, il devait se battre. Mais franchement, sa fierté, il pouvait se la carrer où je pense. Il ne pourrait jamais être assez réactif dans cet état, c’était du suicide. Je devais le couvrir.

« Tout bêtement, on prend celui qui est en face de nous nan ? Ah moins que tu sois trop épuisée pour combattre, Alizou' ?
- ... T’as vraiment une grande gueule toi, t’es sûr que t’es pas humain ? »

Pique gratuite, c’était pas ce qu’il attendait ? Bizarrement, ça me fit sourire. Alizou’... C’était rare qu’on me donne un surnom, très rare. Je m’attirais trop rarement la sympathie des autres pour laisser cela arriver. Je devrais penser à lui faire payer cet affront, quand on en aura fini. Haha...

Je fis quelques mouvements avec ma barre de fer, cherchant une prise solide pour qu’elle ne me glisse pas des mains. Je savais que si je donnais un coup, la résonance dans mon arme allait être assez violente. En contrepartie, j’étais sûre qu’un coup direct les mettrait hors d’état, peu importe où je toucherais. Un seul impact serait suffisant.

« Tseh... »

C’était prévisible, trop prévisible. Les animaux chassant en meute sont capable d’une coordination incroyable, mais c’était le nombre qui faisait leur force. Ils allaient attaquer Alexy à deux, c’était prévisible, mais du coup, j’avais le champ libre pour agir.

La barre métallique fendit l’air, frôlant de peu le museau de sa cible. Il avait pillé juste à temps, mais c’était trop tard. Je pivotai sur le côté pour lui faire face, redressant mon arme pour donner un coup ascendant en diagonale.

Touché. Le chien prit le coup dans la mâchoire se retrouva sur le dos, se débattant frénétiquement en couinant. Fracturée, sans doute. Le choc me résonnait encore dans tout l’avant bras, mais j’avais tenu bon. Quant à lui... il pouvait encore courir, mais il serait inoffensif.

La pression retomba subitement. Il avait du se charger de l’autre pendant ce temps. Je lâchai un long soupire, laissant tomber mon arme pour masser mon bras douloureux. Je titubais légèrement et allai m’appuyer contre le mur, épuisée. Je ne m’en étais pas rendue compte à cause de la pression, mais mes jambes ne me portaient plus. Je n’avais pas l’habitude de me battre. J’avais eu... vraiment peur.

« C’est fini... enfin. »

Ce fut les derniers mots que je pu prononcer, avant de me laisser tomber dos au mur, fermant les yeux. Je n’étais pas inconsciente, et pourtant... j’avais l’impression de ne plus rien ressentir. Mon corps ne me répondait plus.

Au moins... on s’en était sorti. Demain, tout irait mieux. Personne ne se poserait de question, et la vie reprendrait, comme toujours. Comme toujours...

« ... *krrr* ... A... le... *krrr* ... xy ?... *krrrrrrrrrr* »


© Code par Alizire



So if I'm a shooting star on your way, don't forget to make a wish, Invité ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugo 'Ugh' Weiss
Petit Panda & Admin
Petit Panda & Admin
avatar

Messages : 332
Age : 22

Fiche d'identité
• Pouvoir: Mémoire Photographique

MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   Dim 29 Mai - 0:40

Rp Abandonné & Archivé en date du 28/05/16.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était une licorne... [Alexy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il était une licorne... [Alexy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Hymne pour la Licorne ou gros delire fievreux de ma part...
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Day :: Les rps terminés & abandonnés-
Sauter vers: